A+A-

Mondiaux: Pas de médailles pour les Français

18 septembre 2017
Près de 250 archers, venus des cinq continents, participaient  du 13 au 17 septembre au Championnat du monde de tir à l’arc handisport à Pékin.  Six Français ont participé aux épreuves. Pas de médailles venues de Chine pour les archers tricolores, ce n’était pas non plus le contrat. Avec seulement six sélectionnés, une année 2017 dite de transition à tous les étages, ces mondiaux constituaient plutôt une rampe de lancement vers les Jeux de Tokyo en 2020. Mais le temps presse.

Pas de podiums donc mais quelques satisfactions tout de même avec deux places de finalistes pour Julie Chupin en arc à poulies (7e) et dans le tournoi par équipes mixtes (7e), plus une neuvième place dans le tournoi par équipes hommes. Vincent Hybois, directeur sportif : « On est toujours un peu déçu quand on revient d’une compétition sans médailles mais un match à élimination directe ce n’est jamais simple, ça peut se jouer à peu de choses. C’est pour cette raison que l’on est satisfait des deux places dans les huit car cela reste du très haut-niveau ». 

Si ces mondiaux ont constitué une bonne base de travail et permît de faire le point sur les forces en présence, il s’agit maintenant de ne plus perdre de temps pour amener une équipe de France performante dans trois ans au Japon. « Je n’ai pas envie de penser que le tir à l’arc handisport est en danger mais nous devons rapidement laisser derrière nous la phase de transition administrative et sportive que nous connaissons depuis un an, afin de créer les meilleures conditions pour que le tir à l’arc soit performant à l’international », suggère Vincent Hybois.

Plus de détection, plus d’encadrement, plus de compétitions pour l’élite, la continuité des bons rapports entre la Fédération Française Handisport et la Fédération Française de Tir à l’Arc, tels sont les axes à suivre pour un sport plutôt populaire comme activité de loisirs mais qui peine à trouver des effectifs en compétition élite. « Le tir à l’arc a deux paramètres bien spécifiques à gérer, explique le directeur sportif, déjà il n’y a que très peu de catégories en compétition internationale, ce qui exclut bon nombre de types de handicap qui sont obligés de rester en loisirs. Puis, le tir à l’arc étant un sport où l’âge n’est pas un critère de performance, on peut commencer sur le tard et être compétitif, il se trouve que la détection chez les jeunes, si elle reste intéressante, n’est pas la seule voie à explorer. Détecter un adulte de 30 ans dans notre discipline est tout aussi important car contrairement à d’autres sports, cet adulte peut avoir de belles années devant lui même s’il commence sur le tard. Seulement il est plus difficile de détecter un adulte avec du potentiel qu’un jeune ».

La prochaine grande échéance internationale sera en août 2018 en République Tchèque avec les championnats d’Europe. « Si le niveau européen est très fort, j’espère que nous récolterons tout de même les premiers résultats de notre projet de développement qui doit démarrer le plus rapidement possible ». L’été prochain se prépare donc dès demain ! // R. Goude

 

Résultats

CHUPIN Julie, Arc à poulies : 7e

GUIGNET Patrick, Arc à poulies : 33e
HORNER Philippe, Arc à poulies : 33e
PEREIRA Eric, Arc à poulies : 33e

CABREIRA Armando, Arc classique : 17e
GUERIN Maxime, Arc classique : 33e

Arc à poulies par équipe : GUIGNET Patrick, HORNER Philippe, PEREIRA Eric : 9es

Arc à poulies par équipe mixte : HORNER Philippe, CHUPIN Julie : 7es

Résultats complets sur le site de la compétition

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tir à l'arc
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page