A+A-

Baptiste Paugam poursuit sa reconstruction

2 juin 2015
À domicile, le Brestois de 33 ans espère bien décrocher, samedi et dimanche (23 et 24 mai) deux podiums lors du Championnat de France Open et confirmer son retour en forme… Après deux ans de galère.

Ce championnat de France aurait pu être son jubilé. Baptiste Paugam, 33 ans, reconnaît avoir songé arrêter sa carrière de pongiste handisport. Et puis Handi Brest et les comités du Finistère et de Bretagne handisports ont décidé d’organiser les championnats de France open. Dans la nouvelle Arena de Brest.

Alors Baptiste Paugam, brestois d’origine, a remisé ses idées de retraite à plus tard pour vivre ce rendez-vous, prévu samedi 23 et dimanche 24 mai. Chez lui. « Ça va être grandiose de jouer dans cette salle inaugurée il y a peu, en salive d’avance le joueur. Si elle peut accueillir 4 000 personnes, elle devrait être configurée en salle 3 000 places. Mais il va y avoir du monde car une bonne communication a été mise en place. Et Brest n’a plus accueilli de ping de très haut niveau depuis longtemps. » Ce championnat de France est également une répétition générale pour celui des valides, prévus dans cette même enceinte en 2016.

Du bleu au noir

Pourtant, en début de saison, Baptiste Paugam ne savait pas si son physique lui laisserait l’opportunité d’être de la partie. « Les derniers championnats de France handisports organisés à Brest remontent à 1992. J’avais 10 ans et j’étais allé voir les matches avec mon père. Je ne me souviens que de Gilles de la Bourdonnaye, avec qui j’ai gagné l’or et le bronze aux championnats d’Europe 2005 et aux Mondiaux 2006. »

Formé au PL Recouvrance, Baptiste Paugam a vu ses rêves en bleu freiné par une vilaine blessure au bras. « Un golf-elbow, dévoile le pongiste, victime dès la naissance d’un handicap qui limite ses mouvements du bras droit (qui tient la raquette). C’est l’inverse du tennis-elbow. » Les premiers symptômes sont apparus en 2011, au début de la course aux points pour aller aux Jeux de Londres. Baptiste Paugam n’a vu le bout du tunnel qu’en fin de saison dernière. Soit deux ans et demi sans vraiment jouer.

L’envie retrouvée

Cette saison, l’ancien international, qui a conservé une excellente condition physique grâce à la course hors stade (trails notamment) qu’il pratique régulièrement, l’a disputée avec l’appréhension de se blesser à nouveau. « Ma blessure suscitait des douleurs tellement fortes que je me réveillais la nuit. Je ne pouvais même plus tenir ma raquette. » Mais à force d’entraînements aménagés, Baptiste Paugam a retrouvé un niveau intéressant, mais encore inconstant. L’envie, elle, est plus consistante et régulière.

Troisième du dernier tour individuel N1, il peut logiquement prétendre à une place sur le podium, en classe 10, à Brest. « Ce serait bien. Matéo Bohéas et Karim Boumedouah sont au-dessus, mais sur un match, tout est jouable. » Alors, il devra avant tout éviter les pièges menant jusqu’aux demi-finales…

À quelques jours de ce championnat de France, où il visera aussi l’or en double avec son ancien partenaire de l’équipe de France, Karim Boumedouah (Championnat d’Europe 2009), plus question d’arrêter sa carrière. Même s’il est conscient que les joutes internationales ne sont plus pour lui, Baptiste Paugam espère encore jouer les trouble-fêtes en France. Dès ce week-end. Sur ses terres, devant sa famille et ses amis.

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page