A+A-

Beaucoup de potentiel !

20 mars 2017

Alors que les Championnats de France ont eu lieu début mars, intéressons-nous d’un peu plus près à cette discipline assez méconnue, puisque typiquement handisport, mais qui compte un grand nombre d’adeptes en France. 

3083, c’est le nombre de pratiquants licenciés au 1er mars 2017. Chiffre qui rend fière Sophie Ternel, directrice sportive de la boccia française, qui accompagne ce bilan d’un : « C’est bien mais il reste pourtant encore beaucoup de potentiels à aller chercher ».

2016 Chpt France BC Amiens ©F-Pervillé 100

A la tête de la commission depuis dix ans maintenant, Sophie Ternel, qui se dit « Etre tombée dedans car c’est incroyable tout ce qu’on peut faire avec des lourds handicaps » avoue qu’il n’a pas toujours été simple de faire admettre que la boccia était un sport à part entière, avec un surnom un peu vague de « pétanque handisport ». Réservé aux sévères handicaps en fauteuil, ce sport s’organise en quatre catégories pour un public mixte et de tout âge. Facile à mettre en place, il suffit d’une salle couverte pour pratiquer, la boccia se dispute aussi bien en compétition qu’en loisirs, plusieurs challenges sont organisés, et demande des qualités de concentration, de précision, de coordination et de stratégies comme tout sport qui se pratique en position stable.

« Ce sport bouscule le geste confortable pour un geste efficace et précis, détaille Sophie Ternel, il ne demande peut-être pas un effort cardiaque intense mais il vide nerveusement au même titre que le tir sportif ou le tir à l’arc ». Mais au-delà du plaisir sportif, cette activité a également des vertus thérapeutiques indéniables aussi bien physiques, « On s’approprie ou réapproprie certains gestes, on se dépense », que mentales, « C’est le seul sport possible pour certains donc il y a l’idée de challenge, de progrès, d’objectifs qui est très bonne pour le moral », qui en font une discipline à part entière.

Côté haut-niveau, la boccia existe également avec ses championnats de France pour lesquels il faut se qualifier comme n’importe quel autre sport, et une équipe de France, dans les catégories individuelles et par paires, qui se fixe pour objectif une qualification pour les Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. « C’est important d’avoir une belle compétition pour les France, c’est une forme de légitimité, souligne Sophie Ternel, quant aux compétitions internationales on progresse bien, on est dans les temps ».

Pas de complexe donc pour la boccia qui a trouvé son public, ses pratiquants, ses amateurs, et à qui il reste de belles perspectives à venir grâce à des bénévoles passionnés, des joueurs talentueux et travailleurs. Et pourquoi pas quelques supporters supplémentaires les prochaine fois ? // R. Goude

© F. Pervillé

Retrouvez toutes les informations et résultats sur www.facebook.com/bocciafrance.handisport

Autres articles sur ce thème : Actualité / Boccia
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page