A+A-

Championnats de France Open : les ténors attendus à Lyon

20 mai 2016
 Les 21 et 22 mai, la quasi-totalité des meilleurs pongistes tricolores vont en découdre samedi et dimanche pour le grand rendez-vous national de la saison, disputé à Lyon.

Après l’Arena de Brest, l’an passé, le Championnat de France Open va se tenir au Palais des sports de Lyon. L’élite du « ping handisport » s’installera pour deux jours dans cette belle et prestigieuse enceinte pour décerner ses titres nationaux.

Aux commandes, l’ASUL Lyon 8 pilotera la compétition et, en guest stars, Guy Tisserand, véritable monument du tennis de table handisport, ainsi que deux parrains lyonnais, Grégory Cuilleron, vainqueur de la première édition d’un « Dîner presque parfait » et Christophe Durand, ancien joueur, champion paralympique en simple à Sydney (2000) et Pékin (2008) répondront présents.

Ce France handisport open est tout simplement l’un des derniers, voire le dernier rendez-vous officiel des Bleus, avant leur départ pour Rio (7-18 septembre). « Les ténors auront donc intérêt à tout donner », prévient Jérôme Humbert, le directeur sportif adjoint de la discipline en charge du haut-niveau.« Certes, ils n’auront que quelques matches vraiment difficiles, eu égard au niveau encore un peu hétérogène des sportifs, mais ils devront répondre présents sur ces simples. »

En classe 4, Émeric Martin, dont ce sera la der après 24 ans parmi l’élite, tentera au même titre qu’Alexandre Delarque, véritable espoir pour l’après-Rio, de contester la domination de Maxime Thomas. En classe 5, il sera intéressant de suivre l’opposition entre Nicolas Savant-Aira et Grégory Rosec, pour qui ce championnat pourrait aussi être le clap de fin d’une belle carrière.

En classe 2, Vincent Boury se fera un malin plaisir de jouer les trouble-fêtes et ne serait pas contre une belle performance aux dépens de Fabien Lamirault et/ou de Stéphane Molliens.

Des jeunes en quête de confirmation

Au féminin, Anne Barneoud, la locale de l’étape, aura à cœur de briller et pourquoi pas de perturber la domination de Thu Kamkaspomphou, grande favorite du tableau debout.

Chez les hommes debout, toutes les classes de handicap promettront aussi quelques matches sympathiques. En l’absence de Frédéric Bellais (Argentan), retenu par les titres nationaux valides, il sera intéressant de suivre la façon dont Cédrik Cabestany (classe 9) va se comporter face à Corentin Darènes, un joueur bien classé en valide et fraîchement débarqué sur le circuit. Nous pourrons également suivre avec attention Matéo Bohéas (classe 10) dans sa gestion de la compétition après ses succès lors des opens de Slovénie et de Slovaquie.

Enfin, une attention particulière sera portée à Thomas Bouvais (classe 8), assez performant à Bratislava et soumis à la concurrence de la jeune garde que forment Clément Berthier et Lewis Dalby, ou encore Elias Debeyssac ; Trois jeunes invités présents pour disputer leur premier open international coefficient 40 à Bratislava. Une épreuve où ils ont pu bien prendre conscience du très haut niveau et même signer quelques performances, à l’image du dernier nommé, sorti de poule en simple et largement impliqué dans la place de demi-finaliste par équipe, avec Thomas Bouvais. « Ils sont dans la continuité et on espère les voir confirmer leur bonne saison », commente Jérôme Humbert.

Une interrogation persiste néanmoins sur l’état de fatigue des internationaux au sortir d’une série de trois tournois majeurs sur la scène internationale. // J. Soyer

©G-Picout 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page