A+A-

Coupe du monde : l’équipage du Sonar en bronze

1 février 2016
 Quel final !  Le sonar français a débuté l’année 2016 de fort belle manière. Certes, à Miami, lors de la première manche de coupe du monde, le trio Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary n’ont pas gagné, mais ils ont su trouvé les ressources pour arracher un podium encourageant sur le plan d’eau américain de Biscaye Bay. Laissant par là-même, les Anglais, champions du monde e titre, derrière eux.

Et tout s’est décidé lors de la dernière manche. Quatrième à quatre points de l’embarcation Outre-Manche, les Français ont parfaitement manœuvré « tactiquement », selon Nicolas Vimont-Vicary pour combler leur retard et ainsi s’installer sur la troisième marche du podium. « A la française, ça donne toutes  bien qui finit bien, se marre l’équipier d’avant du sonar bleu-blanc rouge. L’objectif de remonter sur le podium est atteint. On a fait une belle équipe. Notre bateau n’était pas très rapide, mais grâce à de beaux coups tactiques, on s’en est sorti. » La victoire, elle, est revenue aux Australiens qui ont devancé les Canadiens, deuxièmes.

Mais cette manche de coupe du monde a été riche d’enseignements pour le clan France. Après un démarrage très intéressant qui a permis à la bande à Bruno Jourdren de prendre les commandes lors d’une première journée marquée par un vent si faible qu’une seule des deux manches sera courue. Mais les Français avaient aussi pour objectif de tester du nouveau matériel et de nouveaux réglages lors de ce premier rendez-vous de l’année. En vue bien évidemment des Jeux Paralympiques prévus du 7 au 18 septembre à Rio (Brésil).

Au rayon des essais, la voile notamment. Ceux-ci ont engendré des soucis en matière de vitesse principalement. A l’issue du troisième jour de course, marqué par des conditions climatiques inattendues, le Sonar tricolore se retrouve quatrième du général. « On attendait du vent soutenu or on a eu du petit temps », commente Bruno Jourdren.  

Une compétition riche en rebondissements

Les Bleus paient ainsi trois places de quatrième et une de cinquième lors de ces deux journées. « Nous avons connu de sérieux problèmes de vitesse et perdu des points précieux sur les concurrence à ce moment de la course, regrette Bruno Jourdren. Mais nous restons dans les clous. »

Ils en donnèrent la preuve lors des deux derniers jours de régate. Pourtant, lors de l’avant-dernier jour, le déluge qui s’est déversé sur Miami a contraint les organisateurs a annulé la première de deux manches. Pas de quoi freiner les ardeurs de l’équipage coaché par Fabrice Levet. Au contraire.

Forts des solutions trouvées pour compenser un peu leurs soucis de vitesse, s’appuyant sur un vent plus fort, conforme à leurs attentes et qu’ils maîtrisent davantage, Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary ont comblé progressivement leur retard sur les Anglais pour se hisser sur le podium.

Ils retrouvent ainsi un peu de confiance et pourront s’appuyer sur cette compétition riche en rebondissement au cours de leur préparation pour les Jeux.

Le trio infernal reviendra aux affaires à Hyères (Var), au printemps. Avec une nouvelle fois des ambitions élevées. « Hyères, je kiffe », se régale d’avance Nicolas Vimont-Vicary. Là encore, les Français devront faire sans Rosa, déjà envoyé au Brésil. Idem lors des Mondiaux de Medemblik. Pour ces deux épreuves, le sonar naviguera sur Wombat (bateau vice-champion paralympique 2008).

Prochain rendez-vous au mois d’avril pour la Sailing World Cup de Hyères ! // J. Soyer

© Jesus Renedo/Sailing Energy/World Sailing

Autres articles sur ce thème : Actualité / Voile
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page