A+A-

Dominique Cougnaud change de cap

27 août 2015
Responsable du pôle compétition à la commission tennis de table, puis directeur sportif adjoint depuis 2009, le juge-arbitre international a décidé de quitter l’instance.

Le départ de Dominique Cougnaud clôt un nouveau chapitre de la commission tennis de table de la FFH. Entré en 1998 au sein du mouvement handisport, ce juge arbitre national et international de « ping » s’est investi progressivement. Jusqu’à devenir directeur sportif adjoint de la commission. C’était en 2009.

Passionné de tennis de table, cette personnalité de l’arbitrage français valide a rapidement été conquis par l’ambiance régnant en handisport. « J’ai fait de belles rencontres et les relations humaines sont d’une qualité rare » avait-il déclaré il y a quelques années à un quotidien régional qui lui avait consacré un article.

Cette ferveur, cette atmosphère et son goût des voyages l’ont poussé à se livrer à 200 %. « C’était un bénévole professionnel, résume Sébastien Messager, directeur sportif de la discipline. Son dévouement était remarquable. On l’appelait Monsieur Oui. » Toujours très impliqué pour la petite balle orange, il a aussi accepté des missions pour la FFH, le Comité Régional Handisport des Pays de Loire, sa région, et le Sport Adapté. « Il a pris à bras le corps le secteur compétition, félicite Sébastien Messager, qui en avait fait son adjoint.  

Jamais avare de services rendus, toujours à l’écoute, Dominique Cougnaud, 59 ans, a aussi contribué à modifier les formules de compétitions au niveau national. « Il échangeait beaucoup avec les joueurs séduits par son sens de l’humain. Tout en gardant ses idées, il a toujours cherché à rendre plus attractives nos épreuves, les rendre plus intéressantes pour les joueurs, ajoute le DS. Et ce, à tous les niveaux. » Il a par exemple innover en supprimant le tableau féminin au profit d’une épreuve mixte lors des tours du critérium national. Cela permettait ainsi aux meilleures joueuses de progresser et de livrer des matches plus formateurs.  

Pièce maîtresse, il apportait par sa connaissance parfaite des règlements. Mais aussi par une interprétation des textes toujours favorable au jeu. Loin de lui l’idée de brider sans prévenir. De sanctionner sans avertir et expliquer. Dominique Cougnaud, dont la bonhomie allait de pair avec sa voix à la fois rauque et rassurante, est un fervent défenseur des joueurs… À condition que ceux-ci retiennent les leçons et respectent leur discipline.

Pédagogue

Cet été, il a préféré se retirer de la commission tennis de table, dont l’orientation prise ne correspondait plus à sa vision. Avec comme grand souvenir, les Jeux paralympiques de Pékin 2008 et le formidable parcours de Christophe Durand, sacré pour la deuxième fois de sa carrière champion paralympique en individuel (après 2000). Et avec la déception de savoir qu’il lui serait impossible de vivre des Jeux paralympiques au cœur du village, avec la délégation française.

S’il quitte la FFH, il ne renonce pas à son engagement pour le tennis de table. Dès le 14 septembre, et pendant quinze jours, Dominique Cougnaud officiera comme juge-arbitre sur une épreuve mondiale de sport adapté en Équateur. On ne se refait pas. // J. Soyer

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page