A+A-

Du nombre et du niveau à Hyères

21 octobre 2014

La première édition de l’open international de Hyères-Toulon, qui débute jeudi pour se terminer dimanche, va attirer les foules. Le plateau  présente aussi quelques belles têtes d’affiche.

 

C’est une entrée fracassante. Le tournoi international de Hyères-Toulon, premier du nom, a même été victime de son succès. « Le comité d’organisation piloté par Thierry Garofalo a été contraint de refuser des inscriptions », explique Sébastien Messager, le directeur sportif de la discipline en France.

 

Au total, ce sont 230 joueuses et joueurs répartis dans les différents tableaux qui vont s’affronter du jeudi 23 au dimanche 26 octobre. La période à laquelle il est situé est idoine. Le cadre offert par le Var n’est pas étranger non plus à l’intérêt des pongistes internationaux venus des quatre coins de la planète.

 

« Le contingent français, avec 45 représentants, est très important, dévoile encore le directeur sportif. Nous avons en effet décidé de l’ouvrir à la majorité. Certains vont ainsi vivre leur unique épreuve internationale. Pour les meilleurs, cela reste quand même l’occasion de faire leur coefficient 20, sans avoir à courir le monde. »  Les dirigeants tricolores ont aussi invité les cinq meilleurs jeunes du moment (14 à 18 ans). Ainsi, Nicolas Antier, Guillaume Pedrolla, Delphine Mavounza (fauteuil), Clément Bertier et Lewis Dalby (debout) seront en lice. Ils seront suivis par une nouvelle coach : Audrey Le Morvan, qui vient de prendre sa retraite internationale. « Nous lui avons proposé de venir dans l’encadrement lors du dernier stage jeune, évoque Sébastien Messager. Comme elle a bien apprécié cette facette, nous avons trouvé intéressant de lui proposer de coacher  les jeunes qu’elle a entraînés lors d’une compétition internationale. » Les intéressés pourront forcément s’appuyer sur l’expérience de la multiple médaillée paralympique et mondiale.

 

La plupart des chefs de file de l’équipe de France a aussi joué le jeu. « En revanche, ces joueurs ne disputeront pas les épreuves par équipe, développe Sébastien Messager. C’est un choix qui va se généraliser en raison de la multiplication des tournois et du resserrement des critères de sélection pour les épreuves majeures à venir. » L’an prochain, trois tournois coefficient 40 sont programmés le même mois. Et cela tombe durant le mois où sont prévus les championnats de France. « Comme gagner un open international de ce niveau figure parmi les critères, il est préférable que les joueurs se concentrent sur les épreuves individuelles », insiste le sélectionneur français.

 

Coefficient 40, c’est justement l’objectif que se fixe le tournoi provençal d’ici à 2016. « Ce serait idéal avant les Jeux de Rio. L’idée finale est même d’en faire une répétition générale des Jeux avec le sol, les balles et les tables utilisés au Brésil », poursuit Sébastien Messager.

 

La présence des meilleurs Coréens, des meilleurs Allemands, d’Argentins, de Brésiliens, de 25 Russes, d’Américains et d’Israéliens devraient favoriser l’émancipation de cet open. Celui-ci présente déjà une belle opportunité pour Sébastien Messager, présent avec son adjoint et Audrey Le Morvan, d’observer les ténors et d’éventuels nouveaux venus.

 

Julien Soyer

Autres articles sur ce thème : Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page