A+A-

Euro : un championnat aux airs de samba

20 novembre 2015
Les Championnats d’Europe de judo se tiendront du 26 au 29 novembre à Odivelas (Portugal). L’équipe de France, composée de cinq judokas : Sandrine Aurières Martinet (-52kg), Kevin Villemont (-60kg), Lucas Clairet (-73kg), Cyril Jonard (-81kg), Julien Taurines (+100kg). Si les Français veulent espérer continuer à rêver de Rio, ils devront impérativement réaliser un podium, ces championnats d’Europe étant la dernière occasion de glaner des points pour la ranking-list qui arrêtera au 31 décembre la liste des judokas « sélectionnables » aux Jeux Paralympiques. 

L’équipe de France espère décrocher un titre et trois médailles, mais les judokas auront fort à faire face aux grandes nations du judo que sont l’Ukraine, la Russie, l’Angleterre et la Turquie.

Sandrine et Cyril en tête

Deux athlètes sont déjà dans le trio de tête de leur catégorie, Sandrine Aurières Martinet et Cyril Jonard. Pour la Française : « C’est le dernier rendez-vous avant les Jeux, je veux prendre le leadership de ma catégorie ! » Sandrine Aurières Martinet sera l’une des favorites dans une catégorie où l’opposition européenne est le top mondial. Un titre l’imposerait ainsi comme la favorite aux yeux de ses adversaires. Pour Cyril Jonard : « Gagner, reste mon seul objectif », le Français doit continuer à cheminer vers cet incroyable pari d’une 3e médaille paralympique en quatre paralympiades. Pour y parvenir, il devra faire face à un niveau européen dense avec deux adversaires très costauds (Anglais et Ukrainien).  S’il souhaite poursuivre sereinement son rêve de Brésil, Cyril devrait s’imposer face à ces adversaires. 

Olivier Duplan, directeur sportif du judo ajoute : « Les autres sélectionnés ne sont pas dans la ranking-list. Ils devront monter sur le podim pour avoir le droit d’imaginer prendre l’avion pour Rio. Ce championnat d’Europe en terre lisboète à déjà des airs de Samba. A nous de prendre le rythme et de garder la mesure.« 

Olivier Duplan : les enjeux sont de taille 

DUPLAN Olivier

Olivier Duplan comment avez-vous préparé cet Euro ?

Nous avons effectué pas mal de stages avec les jeunes des équipes de France valides. Ils ont été suivis par Cyril Pagès qui pilote pleinement la partie technique. Il a pris la pleine mesure de l’équipe élite. Il met un travail très particulier avec chacun des meilleurs Français. 

Quelle importance revêt cet Euro ?

Il s’agit tout simplement de la dernière compétition permettant de gagner des points sur la ranking-list qui arrêtera le 31 décembre 2015 les judokas sélectionnables aux Jeux paralympiques de Rio (7-18 septembre). Les enjeux sont donc de taille.

Parlez-nous de cette équipe de France ?

C’est une équipe de France assez restreinte avec seulement cinq représentants. Toutefois, par rapport aux derniers Jeux mondiaux, nous l’avons un peu élargie puisque Julien Taurines, en lourds, effectue par exemple son retour. Les objectifs sont assez différents en fonction des athlètes. Sandrine Aurières-Martinet et Cyril Jonard sont actuellement sur la ranking-list des Jeux. Ils vont donc grappiller des points et surtout tenter de s’imposer pour marquer les esprits. Les autres, en revanche, devront monter sur le podium s’ils veulent imaginer décoller vers Rio.

Imaginer seulement ?

Oui, pour certains. Kévin Villemont (-60 kg), actuellement 13e mondial n’a d’autre choix que de grimper sur le podium pour espérer aller aux Jeux. Julien Taurines, lui, devra à la fois grimper sur le podium des lourds et adopter une démarche de haut niveau quotidienne, à l’entraînement comme en compétition. Lucas Clairet (-73 kg), lui, est davantage dans une logique d’apprentissage en vue des Jeux de Tokyo 2020. 

Cette démarche de haut niveau est l’une de vos batailles ?

Clairement. L’athlète doit être coresponsable de son projet sportif. Il doit donc faire en sorte de s’entraîner régulièrement dans un pôle France ou Espoir proche de chez lui. Sans cette exigence quotidienne de haut niveau, il est impossible d’être performant sur la scène internationale. Qui plus est aux Jeux.

Est-ce l’une des raisons pour lesquelles Abderrahim Mehdaoui ne figure pas sur la liste des sélectionnés à Lisbonne ?

Oui. Cette décision est le fruit d’un dialogue entre le staff et le judoka. Nous sommes dans un discours de vérité, pas de confort.

Quelles sont vos attentes sur cet Euro ?

Nous visons trois médailles dont un titre. Sandrine Aurières-Martinet, Cyril Jonard ou encore Lucas Clairet vont se retrouver en face de ce qui se fait de mieux dans le monde. Dans ces trois catégories, l’Europe domine et les meilleurs mondiaux seront là. C’est plus ouvert pour Kévin Villemont et Julien Taurines. Mais ce dernier va devoir trouver ses repères depuis son importante perte de poids. Il est toujours difficile de reconstruire son judo dans de telles circonstances. // Propos recueillis par J. Soyer

Plus d’infos sur le site officiel de la compétition 

© S. Deletang

Autres articles sur ce thème : Actualité / Judo
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page