A+A-

« Garder le même tempo »

11 décembre 2018
La saison de ski Handisport a été lancée mardi dernier lors de la présentation de l’équipe de France de ski alpin, ski nordique et snowboard à l’occasion de la conférence de presse organisée par la FFH, en présence de membres de l’équipe de France et du toujours dynamique Christian Fémy, directeur des sports d’hiver handisport. On n’a pas manqué l’occasion de parler « poudreuse » avec l’homme qui a mené l’équipe de France à la 3e place du tableau des nations lors des Jeux paralympiques de 2018.

Après une brillante campagne 2017-2018, dans quel état d’esprit se trouve l’équipe de France avant d’aborder 2018-2019 ?

Il faut garder le même tempo et le même niveau d’exigence. Nous sommes sur une bonne dynamique et il est important de la conserver afin de continuer à s’aguerrir et de rester toujours en éveil, ce que de demande le haut-niveau.

Pas d’année de transition donc ?

En effet, cette saison 2018-2019 n’est pas à prendre à la légère, il faut continuer à appliquer ce qui a bien marché pour encore avoir les bons automatismes, maintenir les acquis et améliorer les détails.

Le repos ne fait pas partie des plans ?

Si bien sûr mais ce sera pour l’année prochaine. 2019-2020 sera une saison sans grands championnats, plus souple, où les skieurs souffleront à deux ans des jeux de 2022.

Présentez-nous la nouvelle équipe de France ?

Elle a toujours certains de ses cadres malgré les retraites internationales de Yohann Taberlet, Frédéric François et Thomas Clarion, avec notamment Marie Bochet, toujours avec nous avec l’idée de prendre du plaisir.

Quelques jeunes pointent le bout de leurs spatules ?

En alpin, Artur Bauchet fait déjà partie des cadres mais n’a que 17 ans, en nordique Thomas Dubois a 19 ans et de l’envie, et on a également Thomas Civade qui, avec ses 17 ans, promet beaucoup. L’élite est très resserrée mais la porte de l’équipe de France est ouverte. On a un groupe « Jeunes » de 8 skieurs alpins et 2 skieurs nordiques qui forme la réserve tricolore, c’est très intéressant pour la suite mais il faut encore beaucoup travailler.

Le staff a également bougé ?

Un peu oui car en général le staff part pour un la durée d’une paralympiade. PyeongChang a été la fin d’un cycle pour certains qui ont beaucoup donné pendant quatre ans, souvent à côté de leur travail, et qui ont besoin de souffler. On ne remerciera jamais assez tous les membres de ce staff qui s’investissent sans compter et réalisent un énorme travail.

Marie Bochet elle aussi part pour une paralympiade ?

Cela lui appartient de le faire ou non. Elle prend du plaisir avec nous. Sa carrière est déjà énorme, elle continue de bien faire les choses, c’est le plus important. Elle fait déjà cette saison, pour la suite elle choisira.

Enfin, qu’attendez-vous au niveau des résultats cette saison, notamment lors des différents championnats du monde ?

Que chacun donne le meilleur de lui-même, travaille bien et prenne du plaisir. On a toujours fonctionné comme cela. Cela n’a pas trop mal marché jusqu’à présent. // Renaud Goude

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Ski
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page