A+A-

Jean-Michel Westelynck : « Un véritable effet booster »

5 avril 2016
Lors des Championnats de France à Montpellier. Le directeur sportif français est ravi des performances de ses nageurs, survoltés par le fait d’évoluer en même temps que les références valides de la discipline.

 2015 IPC Swimming World Championships_20150719_Luc Percival_0109_HD © L. Percival

Jean-Michel Westelynck, quel enseignements tirez-vous de ces championnats de France disputés pour la première fois en inclusion avec ceux des valides ?

Beaucoup de positif. On a pris et trouvé notre place. Il a fallu faire le nécessaire mais c’est logique. Nous étions 50 pour 800 valides. Globalement, tout le monde a apprécié. Les dirigeants de la Fédération Française de natation qui sont venus vers nous pour mettre sur pied cette organisation ont été satisfaits. Nous aussi, même s’il y a des choses à améliorer.

Des nageurs handisports ont pris part à des séries valides…

Oui. Certains nageurs de l’équipe de France A et A’ ont été intégrés à des séries valides avant de disputer des finales spécifiques handisports. D’autres n’ont participé qu’à des courses exclusivement handisports. Mais dans les deux cas, nos épreuves ont été appréciées par le public. Il y avait également un côté symbolique fort, puisque pour nous, comme pour les valides, cette épreuve permettait aux nageurs d’établir les minimas pour une présélection aux Jeux paralympiques de Rio.

Sportivement parlant, quel bilan tirez-vous ?

Être intégrés aux championnats de France valides a eu un véritable effet booster. Notamment pour nos jeunes nageurs. Quatorze records de France sont tombés quand habituellement, nous sommes heureux d’en voir un ou deux nouveaux. La majorité des nageurs a amélioré ses marques. Le public a aussi pu voir que la rigueur et l’application des règlements étaient les mêmes. Exemple : beaucoup de spectateurs n’ont pas compris pourquoi on ne repêchait pas un nageur handisport qui avait effectué un faux départ. La raison est simple : nous appliquons les mêmes règles que pour les valides.   

Quels sont les nageurs qui ont établi les minimas et ainsi gagnés leur présélection pour Rio ?

David Smétanine, Théo Curin ont établi les minima A. Anaëlle Roulet, Alexandra Nochet, Anita Fatis, Stéphanie Douard et Claire Supiot, qui vient de rejoindre le mouvement handisport cette année mais qui était aux Jeux olympiques à Séoul en 1988, ont réussi les minima B. Frédéric Bussy, Enzo Verpiot et Alex Portal ont également fait les minima B. Aujourd’hui, nous avons trois places en garçons et autant e filles. Seuls Charles Rozoy et Elodie Lorandi sont déjà sélectionnés. La commission de sélection, prévue fin mai ou début juin, complètera la sélection en choisissant parmi les sportifs qui ont établi les Minimas A ou B.      

Médiatiquement, cela a également été intéressant ?

Oui. A vrai dire, nous n’étions pas vraiment attendus, mais nous avons fait beaucoup de relations publiques. Nous avons aussi bénéficié d’un programme favorable puisque nos courses suivaient directement des courses phares des championnats de France valides. Nous étions programmés à des heures où la télé diffusait l’événement en direct. Les nageurs entraient en chambre d’appel dans la continuité des ténors. Ils leurs succédaient aussi sur les podiums.

Cette expérience peut-elle être reconduite ?

Nous l’espérons. Une fois encore, c’est la FFN qui est venue vers nous. Elle s’est inspirée de ce qui se fait en Australie ou au Canada. Là-bas, les handisports sont intégrés aux championnats valides. Néanmoins, il faudra voir si les dates concordent. Mais c’est à souhaiter car de nombreux entraîneurs de clubs valides ont apprécié de ne pas avoir à adapter un programme de préparation différent pour leurs nageurs handisports par rapport à celui qu’ils mettaient sur pied pour leurs nageurs valides qualifiés pour les France. //J. Soyer

 

Les podiums

 

Messieurs 

50m dos : 1. T. Curin (H. Luneville).

200m NL : 1. D. Smétanine (Alp’ 38) 2. T. Curin (H. Luneville), 3. F. Bussi (H. Antibes Med).

200m 4 nages : 1. N. Le Hir (Brest H.), 2. F. Marais (E.N. Caen), 3. U. Didier (Cugnaux).

100m dos : 1. F. Marais (EN Caen), 2. U. Didier (Cugnaux), 3. N. Le Hir (Brest).

100m brasse : 1. Ch. Rozoy (Dijon), 2. A. Ferrier (Handivienne), 3. J. Viot (H. Valence).

400m NL : 1. F. Marais (EN Caen), 2. E. Verpiot (Valence), 3. A. Portal (St-Germain-en-Laye).

100m NL : 1. D. Smétanine (Alp’38), 2. T. Curin (H. Luneville), 3. A. Alletru (Ronchin).

100m papillon : 1. Ch. Rozoy (Dijon).

50m NL : 1. D. Smétanine (Alp’38), 2. M. Saillot (ASC Le Havre), 3. T. Curin (H. Luneville).

 

Dames

100m brasse : 1. S. Douard (Handivienne), 2. E. Pierre (Anglet), 3. E. Habsh (H. Angers).

400m NL : 1. E. Lorandi (Antibes Med), 2. A. Roulet (La Roche/Yon), 3. C. Supiot (Saumur).

50m dos : 1. A . Fatis (Thionville).

200m 4 nages : 1. E. Lorandi (Antibes Med), 2. A. Roulet (La Roche/Yon), 3. S. Douard (Handivienne).

200 m NL : A. Fatis (Thionville)

100m dos : 1. A. Roulet (La Roche/Yon), 2. A. Nouchet (Dunkerque), 3. E. Pierre (Anglet).

50m NL : 1. E. Lorandi (Antibes Med.), 2. C. Supiot (Saumur), 3. L. Etienne (HG Nancy).

1OOm NL : 1. E. Lorandi (Antibes Med.), 2. A. Roulet (La Roche/yon), 3. C. Supiot (Saumur).

Autres articles sur ce thème : Actualité / Natation
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page