A+A-

Les Allemands, aussi, ont bien apprécié ce stage en France

9 juillet 2018
Cinq pongistes allemands, évoluant en fauteuil roulant, sont venus effectuer un stage à Montrodat (Lozère) avec neuf homologues tricolores. Il s’agissait du deuxième acte de l’échange entre les deux pays. En avril dernier, des Tricolores avaient effectué une semaine à Düsseldorf.

« S’entraîner dans un tel cadre est vraiment magnifique. » Valentin Baus, vice-champion paralympique et champion du monde classe 5 a apprécié Montrodat (Lozère) et son côté bucolique. « J’aime beaucoup la nature. Les installations sportives et la salle à Düsseldorf sont top mais il n’y a que du béton. »

 Parallèlement, le joueur allemand mesurait, en regardant les staffs se démener pour enlever le taraflex posé sur le sol du gymnase de Montrodat, la chance de pouvoir bénéficier d’une salle spécifique. Chaque lieu possède ses avantages et ses inconvénients. « Mais déjà avoir du taraflex dans un gymnase est parfait », positive les entraîneurs des deux camps.   

Un bon moyen pour lutter contre l’Asie 

 Après environ douze heures de voyage, les Allemands ont donc effectué une semaine de stage avec les Français. « C’est très intéressant de s’entraîner contre des adversaires différents, dans des conditions nouvelles aussi » poursuit Valentin Baus. Outre le décor, il a pu se frotter à un autre mode d’entraînement. Les séances sont beaucoup plus longues. « Cela nous permet de travailler sur notre concentration, assure encore ce chef de file de l’équipe d’Allemagne. J’avoue que les 30 dernières minutes étaient très difficiles mais très intéressantes pour nous. »

Eric Duduc, l’entraîneur français des Allemands, se réjouit d’avoir pu confronter ces protégés aux méthodes françaises. « C’était l’objectif. » Les Allemands ont déjà effectué des stages avec la Turquie, l’une des meilleures nations européennes en fauteuil.

La semaine passée, à Montrodat, les cinq Allemands et les neuf Français ont multiplié les exercices de rythme, de régularité. A quatre mois des Mondiaux, le travail porte sur le contact de balle aussi via des exercices de répétition. « C’était un très bon stage. La France compte dans ses rangs de très bons joueurs, très costauds physiquement. Cette coopération est très riche pour les deux nations. Ces échanges permettent de créer une dynamique en Europe afin d’essayer de rivaliser avec les pays asiatiques, souligne Eric Duduc. Il faut donc faire perdurer ces initiatives. Nous allons par exemple aller au Japon sous peu. »

Les Français, eux, vont aussi poursuivre leur préparation aux championnats du monde prévus du 15 au 21 octobre en Slovénie. // J. Soyer

Allemagne : Valentin Baus, Thomas Schmidberger,  Jan Guertler, Thomas Bruchle, Sandra Mikolaschek.

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page