A+A-

Les Bleus au pied de la montagne

27 août 2019
Jeune et enthousiaste, l’équipe de France aborde cet Euro, en Pologne, avec l’objectif premier de se maintenir en Division A et le doux rêve de se hisser dans le dernier carré, pour oblitérer son billet pour les Jeux Paralympiques de Tokyo (25 août – 6 septembre 2020).

C’est la première étape majeure. L’équipe de France de basket fauteuil lance réellement sa préparation aux Jeux Paralympiques… 2024 en cette fin d’été. A Walbrzych, en Silésie polonaise, non loin de la frontière tchèque.

Neuvièmes à Tenerife lors de l’Euro 2017 remporté par la Turquie devant l’Angleterre, les Français ont pour principale mission de se maintenir en Division A. « Pour cela, il faut finir parmi les dix premiers, pose Stéphane Binot, directeur sportif de la discipline pour la Fédération Française Handipsort. Ce ne sera pas simple. » Placé dans la poule B de cet Euro réunissant 12 nations réparties en deux groupes de six, les Tricolores devront essayer de laisser derrière eux Israël et la Russie pour terminer parmi les quatre premiers de cette poule et voir les quarts de finale. « Ce sont les deux nations à notre portée, décrypte le DS. Il nous faudra ensuite essayer de créer un exploit contre les Pays-Bas, l’Espagne ou la Turquie pour éviter les Anglais en quarts… »  Mais se hisser en quarts assurerait déjà le maintien en Division A.

Travail de fond

Un maintien très important pour le devenir de cette jeune équipe désormais entraînée par Ludovic Charron, ancien capitaine des Bleus. « Il y a un énorme écart entre les deux divisions. En 2016, nous avions gagné la Division B en mettant 40 points en finale. Et nous n’avons fini que 9e de l’Euro suivant. Nous maintenir parmi l’élite nous permettrait de mieux préparer les Jeux de Paris. Nous serions à-même d’inviter des nations phares en stage et de participer à des tournois amicaux plus relevés, ajoute Stéphane Binot. Et avec l’intégration de jeunes du Centre Fédéral de Talence et des espoirs, l’équipe pourrait avoir une autre dimension dans cinq ans. »       

L’équipe de France est en reconstruction. Et celle-ci passe par un engagement de chacun de ses membres. C’est l’été d’esprit inculqué par Ludovic Charron et son staff, désormais composé de huit personnes. « Il a souhaité mettre en place une liste de droits et de devoirs tout en tenant compte des contraintes éventuelles. » Mais certains n’ont pas adhéré et ne sont donc pas dans ce collectif.

La France s’appuie donc sur une équipe de guerriers motivés mais encore sans doute un peu justes pour rivaliser avec l’élite européenne. « Les stages, plus nombreux cette année, grâce au soutien de la FFH et du pôle performance mené par Norbert Krantz directeur des équipes de France des sports d’été), ont permis à chacun d’avancer. Mais aussi de mesurer le chemin à parcourir, développe Stéphane Binot. Si nous avons battu la Belgique, équipe de Division B, nous avons perdu tous nos autres matches amicaux, en prenant parfois de sacrés bouillons. »

La France arrive donc en Silésie avec peu de certitudes. Si ce n’est celle de devoir tout donner et de s’accrocher, peu importent les scénarios. La certitude aussi que le travail initié en équipe de France, cette saison, notamment, doit trouver un prolongement dans les clubs. Si le championnat de N1A, comptant douze équipes, a fière allure, l’approche doit clairement changer. « Il manque parfois un peu de rigueur et de suivi », estime le DS Stéphane Binot. L’unité doit faire place aux luttes intestines. « La Fédération, avec l’appui de Norbert Krantz, nous donne les moyens de progresser. Mais cela doit être l’objectif de tous. » Témoin, jamais le staff n’avait été aussi complet. Les joueurs du collectif France vont pouvoir s’appuyer sur le logiciel Traning Load Pro pour être mieux suivi.

L’Euro 2019 polonais s’apparente donc comme une première pierre à l’édifice. « Si nous arrivons en demi-finales et ainsi à nous qualifier pour les Jeux de Tokyo, cela permettrait à tous d’avoir un vécu important avant les Jeux de Paris, souligne Stéphane Binot. Ce serait un vrai bonus. » Et un supplément de motivation indéniable.

Rédaction : J. Soyer / Photo : Soody Ahmad


Les poules de l’Euro

Groupe A : Angleterre, Italie, Allemagne, Suisse, Autriche, Pologne

Groupe B : Espagne, Pays-Bas, Israël, France, Russie, Turquie     


L’équipe de France

P. Koti Bingo – A. Ramonet – J. Hivernat – J. Courneil – B. Konate – L. Makambo – E. Henriot – L.Hardouin – K. Khelaifi – S. Evanno – A. Boughania – R. Bayle

Remplaçants : W. Leblanc – I. Guirassy


Staff

DS : Stéphane Binot
Head-coach : Ludovic Sarron
Adjoints : Loïc Van Der Donckt, Francis Dandine
Manager : Lionel Chavanne
Préparateur physique : Loïc Rouillier
Kiné : Émilie Guardiola
Mécano : Luc Daniel-Lacombe
Coach mentale : Laure Desnurget


À lire aussi 
                          

HOP 2019 : réservez vos places gratuitement !

Dominique Laurent, Présidente de l’AFLD

Grand Prix de Paris, l’étape la plus spectaculaire du circuit

Autres articles sur ce thème : Actualité / Basket
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page