Aller sur le site
A+A-

Audrey Le Morvan, envie et plaisir retrouvés

12 décembre 2019
L’ancienne joueuse de l’équipe de France, 32 ans, s’est engagée cette saison aux individuels. Après un break de cinq ans, elle va reprendre en N2B, à Joué-lès-Tours. Avec beaucoup d’envie et grand plaisir.

Audrey Le Morvan va revenir à ses premières amours. Celle du « ping » handisport, découvert dès l’âge de 12 ans. Sa dernière participation au championnat de France individuel remonte à 2014. « J’avais un ras-le-bol de tout le tennis de table. Je n’allais m’entraîner que dans l’optique des compétitions. Le plaisir avait disparu » explique la médaillée de bronze aux championnats du monde 2006, en simple.

La Bretonne s’est fixé un défi personnel. « Je vise le titre de championne de France classe 9-10 en simple. Et pour participer aux championnats de France, il faut effectuer les tours d’individuel. » Elle reprend donc ce week-end la compétition individuelle handisport. « Cela ne cache pas une volonté de revenir à l’international, prévient-elle. Je veux relever ce challenge, sans perdre le plaisir retrouvé. » 

« La FFH m’a fait grandir »

Audrey Le Morvan © Bayard Argentan

Mais Audrey Le Morvan, également double médaillée de bronze par équipe aux Jeux paralympiques d’Athènes (2004) et de Pékin (2008) et vice-championne d’Europe 2007, n’a jamais vraiment complètement disparu des radars du mouvement handisport.

La coupure totale de quelques mois a suffi pour lui montrer l’importance du sport dans sa vie. La jeune femme, née avec une agénésie de l’avant-bras gauche il y 32 ans, est aussi guidée par son envie de transmettre et de partager. D’apporter sa contribution à un milieu qui lui a tant donné. « Le mouvement paralympique et la FFH m’ont fait grandir. » Elle s’investit auprès des jeunes pongistes, puis de la commission des athlètes, avant d’être embauchée et d’endosser la responsabilité du suivi socio-professionnel des sportifs. Une mission en phase avec l’emploi qu’elle occupait à l’antenne Pôle Emploi de Nantes. Depuis plusieurs années, elle s’intéresse aussi aux spécificités de la classification et s’y adonne au niveau national et bientôt international. Fréquenter les salles de ping et voir les différentes épreuves ont nourri son envie de revenir…    

Elle a remis le pied dedans dès 2018, via les championnats de France par équipe. Avec La Bayard Argentan, club incontournable du paysage handisport français. « Lorsque Émeric Martin, le président du club, est venu habiter à Nantes, où je vis, on a décidé de s’entraîner une fois par semaine. À titre personnel, il s’agissait juste de prendre du plaisir et de garder la forme », raconte celle qui a testé le badminton et l’athlétisme handisport entretemps.

Le maître défie les élèves…

 

Audrey Le Morvan © Bayard Argentan

De fil en aiguille, l’adrénaline de la compétition l’a attirée de nouveau et avec Frédéric Bellais, ils sont devenus champions de France par équipe. Vient ensuite la tentation de rejouer en valide. Ce sera avec Argentan, où elle a contribué à la montée de l’équipe de N2 à l’échelon supérieur. « Rien n’est prémédité. Tout se fait au feeling, le club fonctionne telle une vraie famille. Je prends un plaisir fou. Et même si les victoires font parfois défaut, le niveau est intéressant. »

A Joué-lès-Tours, en N2B, l’ancienne internationale tricolore va croiser la route de jeunes qu’elle a initiés et qu’elle retrouve lors de sessions de relance qu’elle effectue au Pôle de Talence, où est hébergé le Centre Fédéral Handisport. « Ce sera particulier, sans doute un peu stressant aussi… », reconnaît-elle. Elle devra aussi s’accrocher parce que la formule lui réserve sept matches dans la journée. Une densité à laquelle Audrey Le Morvan n’a plus été soumise depuis longtemps. « Je risque de souffrir un peu mais ce n’est pas grave. L’essentiel est de permettre aux jeunes de multiplier les matches en une journée. » Et lui permettre de retrouver le rythme.             
 
 

Rédaction : J. Soyer / Photo : Bayard Argentan


À lire aussi 
 

On s’connait ? #4 – Roza Soposki & Florian Merrien

On s’connait ? #1 – Fabien Lamirault & Stéphane Molliens

Frédéric Henoux et Isabelle Ribeiro, un duo qui pétille

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page