A+A-

L’ambition d’un bel état d’esprit

5 novembre 2019
L’équipe de France d’athlétisme handisport est bien arrivée à Dubaï pour les championnats du monde du 7 au 15 novembre.  Ambitieuse, elle est prête à affronter l’élite mondiale où près de 1 600 athlètes venus de 124 pays sont attendus, à un an des jeux paralympiques.

Dubaï au mois de novembre c’est 35°C environ. Un peu chaud pour mettre un athlète en action dehors ? « C’est un faux débat, insiste Julien Héricourt, directeur sportif de l’athlétisme Handisport français, les conditions seront les mêmes pour tout le monde alors ne commençons pas à trouver des excuses. On est prêt ou on ne l’est pas. Si c’est pour penser ainsi avant même de s’envoler, autant rester à l’aéroport ». Au moins, on ne reposera plus la question.
 
Mais alors que vont faire et que vont chercher nos Bleus sous les latitudes moyen-orientales à cette époque de l’année ? Au pays de l’or noir, y aurait-il autre chose à gagner ? « Une médaille d’or et un état d’esprit, cela m’irait bien, nous dit Julien Héricourt. Il y a deux ans aux mondiaux de Londres, un titre nous avait fait défaut (4 argent, 4 bronze), j’ai donc envie de voir une Française ou un Français sur la plus haute marche. Cela nous permettrait également de rester sur la bonne dynamique des championnats d’Europe de Berlin l’année dernière (39 médailles dont 17 en or). Mais attention, je ne tirerai pas de bilan définitif à la fin de ces mondiaux, que le compte de médailles y soit ou pas. Ne nous trompons pas de rendez-vous ».
 
Les Jeux Paralympiques de Tokyo vont avoir lieu dans moins de dix mois maintenant. C’est le rendez-vous de la planète athlétisme Handisport. Bien sûr, ces mondiaux se veulent être un bon « Data » pour voir où en est le collectif Tricolore, pour aller chercher des quotas (un top 4 = un quota), et pour cultiver cet état d’esprit si cher au staff qui a merveilleusement fonctionné en Allemagne en 2018. « On emmène 28 athlètes plus 3 guides, cela fait très longtemps que la France n’avait pas emmenée une telle délégation. Cela prouve la valeur des athlètes mais également la volonté d’ouvrir le groupe pour que les jeunes s’intègrent plus rapidement au collectif France, que les plus anciens transmettent encore mieux, que tout le monde vivent de vrais moments de vie. Ce n’est pas palpable, ça ne rentre pas dans les bilans comptables mais cela prépare aux échéances futures comme Tokyo 2020 et Paris 2024 » conclut le DS.
 
On attend donc de cette équipe de France, de la vaillance, du talent, de la pugnacité, de la solidarité, mais aussi de belles performances qui peuvent amener du métal précieux à nos Bleus, histoire de ramener des souvenirs de Dubaï.

Retrouvez plus de photographies et de vidéos sur l’aventure des Bleu Handisport sur la page Facebook Athlétisme Handisport
 

Rédaction : R. Goude


 


L’équipe de France

Mandy Francois-Elie T37, Manon Genest T37 , Angélina Lanza T47, Laure Ustaritz T37, Rose Vandegou F41, Typhaine Soldé T64, Timothée Adolphe T11, Jean-Baptiste Alaize T64, Valentin Bertrand T37, Nicolas Brignone T53, Julien Casoli T54, Thierry Cibone F34, Renaud Clerc T37, Alexandre Dipoko-Ewané T47, Pierre Fairbank T53, David Gerber T13, Redouane Hennouni T38, 
Clavel Kayitare T42, Trésor G. Makunda T11, Ronan Pallier T11, Dimitri Pavadé T64, Louis Radius T38, Moussa Tambadou T37, Badr Touzi F42, Marcelin Walico F57, Axel Zorzi T13, Arnaud Assoumani T47, Dimitri Jozwicki T38

Les guides : Emeric Chattey, Bruno Naprix, Jeffrey Lami
   


 À lire aussi 

L’athlétisme ouvert à tous

Le fauteuil d’athlétisme et ses réglages

Et si vous rejoigniez un club handisport ?

Autres articles sur ce thème : Actualité / Athlétisme
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page