Aller sur le site
A+A-

Michel Mensch, un palmarès bien rempli

7 janvier 2021
Chaque mois, la FFHandisport revient, à travers une série de portraits, sur ses anciens champions. Ce mois-ci, rencontre avec Michel Mensch, champion d’Europe, champion du monde et médaillé de bronze paralympique en basket fauteuil, aujourd’hui entraîneur.

À 63 ans, Michel Mensch devait s’envoler à la rentrée vers la Sardaigne pour entraîner l’un des clubs de basket fauteuil au plus beau palmarès européen. Mais la Covid-19 en a décidé autrement, et le handibasketteur français devra attendre encore un an pour poser ses valises sur l’île italienne, où il n’a pas mis les pieds depuis plus de quinze ans.

Car c’est en Sardaigne que Michel Mensch a réalisé une petite partie de sa carrière, deux saisons, près de Cagliari. « Ça ne se voit pas à mon nom, mais j’ai du sang italien par ma mère, et c’est un pays que j’ai toujours aimé », se remémore celui qui a eu la chance de jouer dans le « meilleur championnat européen » entre 2003 et 2005. S’il se rappelle de son expérience en Sardaigne comme un « gros plus à la fin de sa carrière », il a également connu de fortes années en championnat français.

Du centre de rééducation au toit du monde

Le basket-fauteuil, comme nombre de licenciés, il l’a découvert par l’intermédiaire de son centre de rééducation, où il a été pensionnaire après avoir souffert de la polio à l’âge de deux ans. « Je suis issu d’une famille sportive, j’aimais les sports collectifs, et dans le handisport, il n’y avait un peu que le basket à l’époque », raconte ce passionné. « Quand j’ai une passion, je me donne à 100 %, donc ça s’est bien passé. » Tellement bien qu’il intègre l’équipe de France en 1983 et participe aux Jeux de Stoke Mandeville.

Pendant une dizaine d’années, il connaît une médaille de bronze aux Jeux Paralympiques de Séoul en 1988. Un titre de champions d’Europe, en 1989, à Charleville-Mézières. Un titre de champions du monde, en 1990, à Bruges.  « Mon meilleur souvenir ? Le titre de champion d’Europe, chez nous, en France. À cette époque, on était vraiment au sommet de notre art », considère Michel Mensch. Et comme pour ajouter à un palmarès en équipe national déjà bien rempli, il compte également des titres de champion de France, champion d’Europe avec Strasbourg, ainsi que le Trophée des As. « J’ai eu une carrière bien remplie, durant laquelle j’ai fait de belles rencontres », sourit l’ancien arrière.

« Aujourd’hui il y a une dimension athlétique qu’il y avait moins avant »

En 2013, il décidé d’arrêter sa carrière « semi-professionnelle » de joueur. « J’appelle ça comme ça, parce que les clubs nous faisaient venir, nous proposaient un appartement, ça se rapprochait un peu du monde professionnel. » Tout de suite après sa sortie des terrains, il obtient le poste d’entraîneur des Red Dragon’s de Saint-Avold, en Moselle. « Je voulais rester dans le milieu, celui qui me passionne vraiment », justifie-t-il.

En quarante ans de carrière dans le basket, Michel Mensch voit et participe également à l’évolution de son sport. « Aujourd’hui, les fauteuils sont plus performants, et les joueurs ont souvent des handicaps moins lourds, ils apportent une dimension athlétique qu’il y avait moins avant. » Pour couronner sa carrière, c’est désormais en Italie qu’il veut relever un nouveau défi. « C’est un grand club, mais ils ne sont plus à leur zénith. J’espère pouvoir partir et participer à un beau projet. »

Rédaction : S. Chauvet


À lire aussi 

En savoir plus sur le basket fauteuil

Ludivine Munos : « Le lendemain des Jeux, j’ai commencé le travail »

 

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Que sont-ils devenus
haut de page