Aller sur le site
A+A-

Rencontre avec Dinh Tan Trien, classificateur

29 janvier 2021
Une fois par mois, nous partons à la rencontre de ces personnes qui donnent de leur temps pour la FFHandisport et qui s’investissent chaque jour pour faire bouger les lignes, que ce soit dans un club ou un comité. Pour le portrait du mois de janvier, c’est Dinh Tan Trien, médecin de formation, qui a répondu à nos questions sur son engagement au sein du mouvement handisport.

Quel est votre rôle actuel au sein de la FFHandisport ?

Dinh Tan Trien : Je suis responsable de la classification au niveau de la commission du basket et je suis toujours classificateur international pour le basket !

Durant trois mandatures fédérales, j’ai été membre du comité directeur.

 

 

Qu’est-ce que votre fonction vous apporte sur le plan personnel ?

D.T.T. : L’esprit d’organisation et l’esprit d’équipe ! Les rencontres également, durant les quelques voyages que j’ai pu effectuer lorsque j’étais responsable de la classification basket au Comité Européen (IWBF Europe) (poste que j’ai occupé pendant 20 ans). Ce sont toutes ces choses qui m’intéressent et qui m’apportent beaucoup !

Un événement passé vous a-t-il marqué ?

Jeux Paralympiques de Pékin 2008

D.T.T. : Lorsque le Comité International m’a nommé classificateur pour les Jeux ! J’ai eu la chance de participer aux Paralympiques d’Atlanta, Sydney, Athènes, et Pékin ! Ce fut des expériences très riches et motivantes et qui sont venues alimenter mon implication dans le handisport.

Je repense aussi aux Jeux Mondiaux de 91 à Saint-Étienne qui ont été ma toute première expérience à l’international grâce à Bernard Courbariaux qui m’a soutenu et nommé.

Pouvez-vous nous raconter votre entrée dans le mouvement ?

D.T.T. : Lorsque j’étais étudiant, j’ai entendu parler d’entraînements de personnes en situation de handicap à la piscine de la Place d’Italie. J’ai découvert la natation handisport puis j’ai fait la connaissance de Pierre Cochard qui m’a rapidement fait découvrir le tennis de table handisport.

Après mes études de médecine, j’ai poursuivi la pratique et par la suite, j’ai créé un club de basket fauteuil dans la ville de Saint-Ouen (93). Dans les années 80, j’ai été élu au niveau de la commission de basket, poste que j’occupe toujours actuellement. Ce qui m’a amené tout droit à ce fameux poste de classificateur international !

Quel est votre métier ?

D.T.T. : Je suis médecin généraliste et acupuncteur en cabinet depuis 1980 ! Je suis médecin coordonnateur dans deux structures médico-sociales pour des étudiants en situation de handicap (gérées par la Fondation Santé des Étudiants de France). 

Comment nourrir la motivation au quotidien ?

D.T.T. : La motivation vient naturellement ! En tant que sportif tout d’abord, puis avec l’ensemble des responsabilités que j’ai pu avoir, elle se nourrit de jour en jour. Ce rôle de bénévole me plaît toujours autant vu que je suis encore dans le mouvement !

À vos yeux, quelle est votre plus grande réussite ?

D.T.T. : Avoir pu réunir un bon équilibre entre mon métier, ma vie de famille, la compétition et le bénévolat parfois à haute intensité. Le tout avec beaucoup de plaisir et parfois de choix et des sacrifices.

Est-ce qu’une personne en particulier vous a marqué ?

D.T.T. : Forcément je pense à Pierre Cochard, qui est celui qui m’a tout appris ! J’ai côtoyé beaucoup de personnes intéressantes, notamment le professeur Pierrat (le premier médecin fédéral à la FFH et qui a été mon président de thèse) et aussi, Bernard Coubariaux qui m’a intronisé à l’international et qui est toujours à mes côtés pour la classification.

Une phrase pour convaincre quelqu’un de se lancer dans le mouvement ?

D.T.T. : Il faut le faire avec plaisir ! L’esprit du mouvement est sain et festif et pour mieux comprendre le monde du handisport, quoi de mieux que le bénévolat ?!

Le handisport reste à mon avis un très bon vecteur d’insertion et de reconnaissance pour la personne en situation de handicap !

Rédaction : S. Grandol

Devenez bénévole au sein d’une commission sportive, d’un comité régional, départemental ou au siège de la fédération en rejoignant la Handisport Family. Plus d’infos


À lire aussi 

Rencontre avec Olivier Simao

Michel Mensch, un palmarès bien rempli

Handisport s’invite chez vous en 2021

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Ils font le mouvement / Portrait
haut de page