Aller sur le site
A+A-

Rencontre avec Jo

27 mai 2020
Sixième épisode de votre nouveau rendez-vous handisport ! Une fois par mois, nous allons à la rencontre de ces personnes qui donnent de leur temps pour la FFHandisport et qui s’investissent chaque jour pour faire bouger les lignes, que ce soit dans un club ou un comité. Pour ce portrait du mois de mai, c’est Jo Maisetti, grand passionné d’athlétisme, qui a répondu à nos questions avec franchise et enthousiasme.

Jo Maisetti aux championnats du monde d’athlétisme à Dubaï  © F. Pervillé

Comment êtes-vous entré dans le mouvement ?
Jo Maisetti
: J’ai fait la connaissance de Clavel Kayitare en 2005 après les Jeux d’Athènes. L’année suivante, on m’a confié la préparation des relais (4×100 hommes) ainsi que des coureurs debout (déficients visuels et amputés). Par la suite, j’ai officiellement pu encadrer les sprinteurs et les relayeurs afin de préparer les championnats du monde d’athlétisme handisport à Assen en 2006 !

Un événement passé vous a-t-il marqué ?
J.M : Le record du monde du 4x100m en 1990 à Split ! C’était lors de mon expérience avec les sportifs valides dont je préparais déjà les relais à l’époque. Sûrement l’événement qui a lancé ma longue carrière au sein de l’athlétisme !

Dans quels domaines avez-vous évolué durant votre carrière professionnelle ?
J.M : J’ai été professeur d’éducation physique, c’est ma formation de base et j’ai également enseigné en lycée, dans des écoles de cadres et notamment au CREPS de Talence où j’ai formé les futurs professeurs d’éducation physique. Au niveau de l’athlétisme, j’ai été Conseiller Technique Régional de l’Aquitaine. J’ai longtemps travaillé aux côtés des sportifs valides en tant que responsable national du sprint et des relais. Mon engagement à la FFH a commencé juste après mon départ à la retraite !

Quel est votre rôle au sein de la FFHandisport ?
J.M : Mon rôle de bénévole est le même depuis maintenant 14 années ! Pour rentrer dans le détail, je prends soin de participer au perfectionnement du geste athlétique et j’essaye de leur communiquer  le maximum d’éléments et de messages pour les aider à progresser. Mes séances sont préparées au jour le jour, comme si je débutais dans le métier, toujours en tenant compte des observations faites lors des séances précédentes ! Le renouvellement et la remise en question sont très importants pour réussir.

Quelle est votre motivation au quotidien ?
J.M : L’athlétisme tout simplement ! Je porte une véritable vénération à cette discipline. C’est une passion qui me donne tellement de plaisir au quotidien que je ne m’en lasse pas. Je m’enrichis aussi beaucoup du discours des autres, prendre le temps de retrouver et d’écouter chaque sportif dont j’ai la charge pour en faire sortir le meilleur d’eux-mêmes et ainsi bâtir des projets en commun. C’est ce qui me motive chaque jour !

Qu’est-ce que votre rôle vous apporte sur le plan personnel ?
J.M : Une énorme satisfaction ! Surtout lorsque je vois le plaisir dans les yeux du pratiquant quand il parvient à réaliser des choses qu’il ne pensait jamais pouvoir faire. Déceler la joie dans son regard, c’est quelque chose d’inexplicable. 

Êtes-vous passionné par le sport ?
J.M : J’aime tous les sports ! Lorsque j’étudiais à Bordeaux, j’ai été handballeur en nationale 2. Ce qui m’a toujours motivé et passionné, c’est d’arriver à faire agir le collectif dans un sport aussi individuel que l’athlétisme. Si j’avais un conseil à donner à un jeune sportif, ce serait : « intègre un collectif pour t’enrichir au contact des autres, pour en retour enrichir les autres« .

À vos yeux, quelle est votre plus grande réussite ?
J.M : Avoir pu créer une structure qui regroupe athlètes valides et athlètes handisport. Le fait d’avoir connu le handisport m’a ouvert l’esprit et fait découvrir la richesse des relations humaines. La cohabitation et la synergie entre ces deux mondes est pour moi indispensable !

Est-ce qu’une personne en particulier vous a marqué ?
J.M : J’ai rencontré tellement de personnes intéressantes que ce serait injuste d’en citer une seule ! Je parlerais de mes enseignants, formateurs et de tous ces sportifs qui m’ont énormément enrichi et qui ont marqué les différentes étapes de ma vie passée et présente.

Une phrase pour convaincre quelqu’un de se lancer dans le mouvement ?
J.M : Il faut oser se lancer dans le bénévolat car on est toujours capable d’aider et d’apporter beaucoup plus qu’on ne le croit ! Sur l’aspect sportif, je dirais qu’il ne faut pas hésiter à intégrer un collectif pour arriver à obtenir cet enrichissement au contact des autres.

Rédaction : S. Grandol


À lire aussi 

Rencontre avec Léon

Christian Février : « Une reprise progressive et calibrée »

Licenciés, et si on dansait ensemble ?

 

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Ils font le mouvement / Portrait
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page