Aller sur le site
A+A-

Une reprise placée sous le sceau de l’originalité

2 juillet 2020
Gym aquatique douce, activités familiales renforcées, découverte de nouveaux itinéraires de randonnée… La reprise des activités physiques et sportives estivales se fait très progressivement et dans le respect des consignes sanitaires. Si tout n’est pas encore reparti à plein régime, les clubs et les comités territoriaux ont adapté leurs programmes et leur offre. Ils en ont aussi profité pour anticiper un retour à la norme.

« Je craignais que les conditions sanitaires ne freinent les adhérents. Ce fut loin d’être le cas. » Karine Charat, présidente du Handisport Club de Valence, propose 14 pratiques sportives différentes. Elle se réjouit de l’engouement de ses licenciés depuis le déconfinement et la reprise plus généralisée des activités sportives. « Même si on a privilégié les adhérents les plus autonomes, on a aussi développé les sorties ou la pratique en famille, lance-t-elle. Les personnes d’une même famille peuvent en effet s’entraider sans trop de contraintes si elles ont traversé le confinement ensemble. » Des activités proposées certes, mais qui tiennent compte du nombre de personnes, de la distanciation sociale et des mesures barrières. « Mais une fois dans l’eau, on oublie un peu les stress et les angoisses liées au contexte. »

Un élan de solidarité

Très investi dans le sport-santé, le club handisport de Valence a également proposé des créneaux en extérieur. Ainsi, de petites randonnées englobant tout le monde, sportifs en situation de handicap, aides de vie et/ou famille ont été organisées. Le besoin grandissait et l’attente devenait forte. « Nos salariés ont proposé pas mal de challenges vidéo et des e-activités aux licenciés durant les phases de confinement mais rien ne vaut le plaisir de se retrouver et de pratiquer ensemble. » D’autant que les liens ont été maintenus pendant les dix semaines d’inactivité. « De nombreux bénévoles ont pris des nouvelles des adhérents. Certains ont même apporté de l’aide aux famille dont les parents étaient contraints de travailler », apprécie Karine Charat, sensible à ces élans de solidarité qui ont dépassé les frontières du club et du sport.    

Tout ne fut pas rose et beaucoup ont pris leur mal en patience. La période de reprise a aussi permis de sortir des sentiers battus, de renforcer les liens entre les clubs, les associations et les comités territoriaux. « On a pris le relais des clubs, par exemple, sur certaines sorties en Fauteuil Tout Terrain », appuie Romain Didio, coordinateur régional à la Ligue Auvergne Rhône-Alpes. Une illustration de ce que permet le dispositif Clubs Solidaires Handisport. Du 2 juin au 31 août 2020, grâce aux possibilités offertes par la licence FFH multisports, multi-associations, assurance…, la Fédération incite les associations affiliées qui le souhaitent et le peuvent, à ouvrir ponctuellement certaines activités de reprise aux licencié(e)s FFH d’autres associations, qui seraient, elles, dans l’impossibilité temporaire de proposer des activités. Cette initiative, basée sur la solidarité et le volontariat, permet de maintenir une offre de pratique de proximité réelle et sécurisée.

Des alternatives concluantes

Romain Didio assure aussi avoir profité de la première phase du déconfinement pour dénicher de nouveaux parcours de randonnée et de nouveaux itinéraires de FTT. « On a effectué un important travail de reconnaissance afin de proposer de nouveaux lieux de pratique et des activités un peu différentes. Cela nous permet de savoir à quel public ces chemins peuvent convenir et d’évaluer l’assistance et le nombre de bénévoles idoines pour mener à bien la sortie. »    

En Vendée, l’association Access Vie s’est également tournée vers les activités nautiques en famille. « Nous avons organisé, depuis le début du mois de juin, des sorties en bateau pour les familles afin de permettre de reprendre l’activité progressivement », explique Guillaume Bossard.  La gym douce dans un lac naturel a aussi offert une alternative intéressante et attendue à la pratique de la natation pour une partie des licenciés. « Nous sommes allés sur d’anciennes pêcheries au Boisvinet, à Saint-Gilles Croix de Vie, développe encore Guillaume Bossard. Ce sont des sortes de réserves d’eau de 96 m sur 30 m, semi-naturelles. C’est un cadre très sympa qui plus est. »  

Rédaction : J. Soyer / © Accessvie Accessibilite Handisport


À lire aussi

Rencontre avec Joseph

Christophe Durand, « boulimique de sport »

La pratique du FTT en toute sécurité

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Multisports
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page