A+A-

Coupe du monde de Hyères : bilan

1 mai 2016
Les Français ont connu une dernière journée compliquée lors de la dernière journée de l’étape de coupe du monde française à Hyères. Néanmoins en 2.4, Damien Seguin accroche la dernière marche de la boîte. Le Sonar, lui, se classe septième.

« Je suis tout de même très heureux de faire une belle troisième place. » Ces propos sont ceux de Damien Seguin. Avant la dernière manche, le chef de fil tricolore sur 2.4 devait absolument mettre cinq points à l’Anglaise Helena Lucas s’il voulait accrocher le podium. C’est mission accomplie. « Il peut aussi remercier son compatriote Xavier Dagault qui termine neuvième », souligne à juste titre le directeur sportif de la voile à la FFH, Jean-Jacques Dubois. Le Français a donc subi la loi de l’Australien Matthew Bugg, lauréat de l’épreuve et du Norvégien Bjonar Erikstad, deuxième. « Ce dernier progresse fort depuis un an et demi. Il ne rate vraiment pas beaucoup de podium », note Jean-Jacques Dubois.

Damien Seguin a confirmé sa bonne forme et ne doit pas trop se focaliser sur cette semaine varoise pendant laquelle le vent très instable lui a joué de vilains tours. Il devra aussi se souvenir que dans ces conditions délicates, il a devancé ses rivaux historiques, l’Allemand Heiko Kroeger et l’Anglaise Helena Lucas.

Kévin Cantin, auteur d’une belle fin de coupe du monde, se classe dixième alors que Xavier Dagault, lui, termine à la quatorzième place. « On attend toujours un peu mieux de Kévin car on connaît son potentiel » , explique Jean-Jacques Dubos.« Néanmoins, au regard de son hiver marqué par des opérations aux jambes, sa prestation à Hyères est intéressante. » Xavier Dagault, lui, a payé ses difficultés dans les petits airs qui ont dominé à Hyères.

Le sonar a payé son manque de vitesse

Le Sonar tricolore, lui, doit finalement se contenter de la septième place. L’équipage français – Bruno Jourdren, Eric Flageul et Nicolas Vimont-Vicary – n’a pas réussi à bonifier l’excellente journée de vendredi puisqu’il a fini 8e et 9e ce samedi. « On savait que le bateau serait moins performant que celui qui est en partance pour Rio » , rappelle Jean-Jacques Dubois.«  Il a aussi payé l’installation d’un front délicat à appréhender. Comme l’écart entre les bateaux a été mince durant toute cette semaine, cela s’est ressenti au classement final. C’est dommage car cette dernière journée ne reflète pas ce qu’ils sont capables de faire. Je maintiens, malgré ce résultat, que l’équipage a progressé. »

La série a été remportée par la Norvège, devant l’Angleterre et les Etats-Unis, respectivement deuxième et troisième.

Tout ce petit monde se retrouvera à pied d’œuvre dans environ trois semaines pour les championnats du monde de para-voile disputés à Medemblik, en Hollande. Sur un plan d’eau a priori moins capricieux. // J. Soyer

Crédit photo : ©Jesus Renedo/Sailing Energy/ World Sailing

Autres articles sur ce thème : Actualité / Voile
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page