A+A-

Elodie Lorandi en argent sur 400 m

21 juillet 2015
Les nageurs français n’auront jamais fait retentir la Marseillaise aux championnats du monde à Glasgow (Ecosse). Elodie Lorandi, tenante du titre sur 400 m NL a dû se contenter de l’argent.

 

Quatre médailles mais aucun titre. La France a bouclé les championnats du monde, disputés jusqu’à hier (19 juillet), sur une note un peu amère. « Clairement les résultats en terme de médailles ne sont pas à la hauteur des attentes, avoue Jean-Michel Westelynck, le directeur sportif de la natation pour la FFH. Cela démontre que le niveau ne cesse de s’améliorer et qu’une nouvelle génération est en train d’arriver. De nombreux champions « historiques » ont en effet été déchus de leur titre. »

Elodie Lorandi, très attendue sur 400 m nage libre, après avoir échoué au pied du podium sur 100 m, n’a pas réussi à conserver son titre, devancée en finale par la Canadienne Aurélie Rivard (4’34’’).

La Française, championne paralympique en titre, a d’abord joué la sécurité en série. En finale, la lutte est intense entre la Canadienne et la Tricolore. Jusqu’aux 300 mètres, les deux jeunes femmes sont dans la même seconde. Mais juste après ce nouveau virage, Aurélie Rivard creuse un peu l’écart et attaque la dernière longueur avec une marge de manœuvre assez confortable. Elodie Lorandi ne peut combler ce retard et termine à la deuxième place en 4’38’’.

 

Curin sur la bonne voie

 

Dans la même course, Anaëlle Roulet, également qualifiée pour la finale, s’est classée huitième, dans un temps proche de celui du matin (4’48’’87).

Charles Rozoy, médaillé d’argent sur 100 m papillon, a terminé sixième du 50 m NL en 27’’81. S’il est bien parti, il a subi la loi des spécialistes de la distance lors de la seconde moitié de la course.

David Smétanine, double médaillé de bronze en Ecosse, se classe septième du 100 m NL en 51’’92.

Anita Fatis, elle, a bien gagné son billet pour la finale du 100 m NL, mais elle a été contrainte de renoncer à en prendre le départ en raison d’une blessure. Théo Curin, sur la même spécialité, s’est une nouvelle fois hissé en finale. Plot six, avec dans son champ de vision l’intouchable Brésilien Dias, le jeune Français a tout donné pour rester au contact des meilleurs et boucler la distance en sixième position après 1’19’’96 d’effort.  // J. Soyer

Autres articles sur ce thème : Actualité / Natation
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page