A+A-

La France démarre en fanfare

25 mai 2016

Championnat du monde de voile, Medemblik (Pays-bas)

La première journée des championnats du monde disputée cette semaine (24-28 mai) à Medemblik, aux Pays-Bas, a souri aux chefs de file tricolores.

Avec deux victoires lors des deux premières manches, Damien Seguin, aligné en 2.4, ne pouvait rêver meilleur départ. « Sa première manche a été de très bonne facture, assure Jean-Jacques Dubois, directeur sportif de la discipline pour la Fédération Française Handisport. Il a su faire le dos rond quand le vent oscillant était favorable à l’Allemand Heiko Kroger, deux fois deuxième, pour tenir et profiter d’un vent à nouveau propice pour lui en fin de régate. » La seconde manche de cette journée de mardi a été plus compliquée. Néanmoins, Damien Seguin s’est démené et a effectué les bons choix pour l’emporter.

Si ce début de championnat du monde est idéal pour le leader français de la série, il n’en reste pas moins que la route menant au titre est encore longue puisque Heiko Kroger a terminé deux fois deuxième et l’Australien Matt Bugg, deux fois troisième.

Kévin Cantin, lui, a bien débuté en prenant la 7e place de la première manche. La suivante fut moins aboutie. Il se classe 10e. Xavier Dagault devait profiter de ce vent assez fort, 17 nœuds environ, pour tirer son épingle du jeu. Finalement, il ne finit que 13e et 16e. « On attendait un peu mieux mais Xavier n’a reconnu n’avoir pas eu de jambes et aucunes bonnes sensations durant cette première journée », relate Jean-Jacques Dubois.

Bonne entrée en matière pour le Sonar

Le Sonar tricolore, lui, a bouclé cette journée inaugurale à la troisième place, derrière les Anglais, deux fois vainqueurs, et les Australiens, 3e et 2e. Mardi, le trio Bruno Jourdren – Eric Flageul – Nicolas Vimont-Vicary a pris la deuxième place de la manche initiale et le quatrième rang de la seconde. «Nous sommes plutôt contents, nous avons fait deux belles manches sans prendre de risque et en étant dans le match tout le temps. C’est de bon augure. Changer de mulet est un bon choix car ce bateau est plus à l’aise dans des conditions un peu plus musclées. Nous aurions été bien plus à la peine avec l’autre bateau, commente Bruno Jourdren, détendu. Nous avons fait quelques entraînements avec notre nouveau génois qui nous paraît bien correspondre à notre attente dans le petit temps. On essaiera ça mercredi en course. C’est une bonne entrée en matière, ça fait du bien de rentrer content de sa navigation, nous n’avons aucun regret. Nous avons navigué sereinement, comme il fallait, au bon moment. » // J.Soyer

Crédit photo : ©Sander Van Der Borch

Autres articles sur ce thème : Actualité / Voile
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page