A+A-

L’athlétisme, discipline incontournable des stages JAP

3 mars 2016
« Aux jeunes, ne traçons pas un seul chemin, ouvrons-leur toutes les routes » a déclaré un jour Léo Lagrange*. Cette citation peut être liée, à l’objectif de la FFH d’apporter à un maximum de jeunes handicapés le goût du sport, du loisir ou de la compétition. Le stage  Jeunes à Potentiel (JAP) régional organisé à Morlaix du 15 au 17 février dernier a permis ainsi à 16 jeunes, de 8 à 17 ans, de découvrir ou de s’aguerrir à cinq disciplines (tennis de table, natation, cyclisme, plongée, athlétisme) dans une ambiance très conviviale. Julien Héricourt, directeur sportif de la commission athlétisme nous fait part de ces sentiments sur ces trois jours.

Sur le mois de février, la commission athlétisme s’est montrée plutôt active…

En effet, deux stages JAP ont été organisés par les Comités Régionaux de la FFH pendant les vacances de février, un en Bretagne où j’ai encadré l’athlétisme en compagnie de Denis Lemeunier, président du Comité régional, et un autre à Talence, en Gironde, encadré par Sébastien Peyen notre correspondant dans la région.

En quoi consiste réellement un stage JAP ? 

Il s’agit de détecter des talents, de susciter des vocations, d’accompagner le jeune dans une pratique régulière de club et d’élargir l’offre de pratique. Ce type de rassemblement est important, d’une part pour guider les jeunes vers une pratique sportive régulière, qu’elle soit de loisirs ou de compétitions, d’autre part c’est un moment d’échanges important entre le pratiquant et les membres de la fédération.

Pourquoi l’athlétisme est-il incontournable lors de ces stages ?

Tout d’abord, c’est un des sports prioritaire de la FFH, et l’athlétisme est un sport de base en termes de condition physique, de coordination, très utile pour la pratique d’autres disciplines.

Quels-sont les thèmes qui ont été proposés en athlétisme lors de ces trois jours ? 

Avant tout nous avons axé nos séances sur la découverte de la pratique : on courre, on roule, on saute, on lance. On touche à tout car la polyvalence est primordiale à ces âges-là.

Comment avez-vous organisé vos séances ? 

L’idée a été de proposer des ateliers éducatifs et de rester dans l’idée du jeu. Nous avons fait découvrir aux stagiaires toutes les activités du Challenge des jeunes qui va avoir lieu pour la deuxième année consécutive, avec la finale nationale à Charléty les 23 et 24 mai prochains, puis nous avons consacré trois demi-journées à la course, au saut et au lancer.

Peut-on déceler un futur champion du monde parmi ces jeunes lors de ces stages ? 

De nombreux champions du monde sont passés entre les mains des stages jeunes organisés par la commission par le passé. Cette promotion pourrait viser les Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. Mais l’objectif n’est pas là uniquement ! Il est avant tout de densifier nos collectifs espoirs pour accompagner un maximum de jeunes vers le haut niveau. Il faut d’abord construire et détecter avant de parler de médailles.

Un dernier mot sur l’ambiance lors de ce rendez-vous en Bretagne ? 

L’ambiance a été très bonne ! Les sportifs se sont retrouvés ensemble en dehors de leur pratique sportive, ce sont des moments importants, informels, qui permettent des échanges qu’ils n’ont pas la possibilité ou le temps d’avoir dans d’autres situations. Ces temps extra-sportifs sont très intéressants pour nous également car on prend le temps de discuter et de découvrir les personnalités. D’ailleurs, les jeunes auraient bien voulu que cela dure un peu plus longtemps, nous aussi ! //R. Goude

 

Retrouvez la vidéo de ce stage Jeunes à potentiel, réalisée par Blog Handicap 

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Athlétisme
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page