A+A-

Équitation

PARALYMPIQUE

Capacités développées

  • Équilibre
  • Tonus musculaire
  • Habiletés techniques équestres
  • Autonomie

Accessible à la plupart des handicaps, l’équitation se pratique en loisir ou en compétition, avec ou sans aménagement. Le choix du cheval, de l’équipement et de la structure d’accueil nécessite parfois un accompagnement que propose la commission fédérale. La discipline se pratique exclusivement dans les établissements affiliés à la Fédération Française d’Équitation, dont certains ont ouvert une section handisport.

En images


Pratique

Le contact, la relation privilégiée avec l’animal, la possibilité d’être transporté et de partager les plaisirs de cette discipline à plusieurs sont autant de qualités qui la rendent accessible à un large public, pourvu que l’encadrement soit compétent et les techniques employées adaptées et sécurisantes. Chacune de ces disciplines peut être pratiquée en loisir ou en concours :

  • Dressage : réalisation d’une série de figures imposées ou libres en musique.
  • Saut d’obstacles : franchir des obstacles dans un ordre précis et sans les renverser.
  • Attelage : le cheval est utilisé comme moyen de traction dans le cadre de balades ou de concours.

Certains comités régionaux possèdent un conseiller technique fédéral ou un correspondant équitation. Des stages d’initiation peuvent être proposés.

Voir le tableau des Handicaps & possibilités de pratique

La possession d’une double licence FFE – FFH de compétition est obligatoire car elle garantit l’éligibilité des cavaliers à ces circuits spécifiques. Le cavalier doit être classifié par un classificateur reconnu par la FFH et le FFE pour participer à des compétitions nationales. Pour les compétitions internationales, la classification doit être réalisée par 2 classificateurs de la FEI lors d’un CPEDI***. La classification permet également d’être autorisé à bénéficier d’aménagements spécifiques (guide vocal, selles ou rênes adaptées….), à condition que ces derniers soient compatibles avec leur sécurité.

En compétition nationale, le dressage et le concours de saut d’obstacles sont organisés, mais seul le dressage propose à ce jour un circuit international. Selon le type de handicap, le cavalier est orienté vers le grade de compétition (I à IV) le plus adapté à ses possibilités d’évolution équestre.

DRESSAGE

CIRCUIT NATIONAL

  • Accessible aux compétiteurs confirmés, le circuit national de dressage regroupe 2 à 3 événements annuels

CHAMPIONNAT DE FRANCE

  • Sans modalité de qualification requise si ce n’est une licence “compétition équitation”, un cheval, un équipement règlementaire et une maîtrise des reprises imposées pour son grade.
  • Les titres nationaux sont délivrés, par grade, sous réserve de l’engagement d’un nombre suffisant de couples (cavalier + cheval) dans la catégorie. Inscription gratuite.

SAUT D’OBSTACLES

CHALLENGE NATIONAL

  • Le challenge national de saut d’obstacles regroupe 5 à 6 événements. Sans modalité de qualification requise si ce n’est une licence “compétition équitation”, un cheval, un équipement règlementaire et une maîtrise des parcours et hauteurs de barres imposés pour son grade.
  • Aucun titre national n’est décerné dans cette discipline. Inscription gratuite.

Les circuits permettent aux cavaliers handisport de progresser en leur donnant accès à la compétition mais offrent également la possibilité à de nouveaux cavaliers de découvrir la compétition para-équestre.

Consulter le Calendrier

L’équitation est une discipline relativement onéreuse. Cependant, elle est particulièrement appréciée des pratiquants handisport tant pour le contact avec l’animal que pour les possibilités motrices qu’elle permet d’explorer.

Partenaire de la commission fédérale, l’association Handi Équi Compét’ a pour but d’accompagner les cavaliers vers la competition : www.handiequicompet.fr