A+A-

Loan Thénot-Burg : « La rencontre avec Marie-Amélie Le Fur a été un déclic »

25 mai 2018
L’Aveyronais est monté sur son premier podium individuel lors des France en salle cet hiver. Première récompense d’une carrière commencée il y a quatre ans sous le signe du travail, du sérieux et des rêves.

La voix est claire, l’accent est chantant, les mots sont choisis. Loan Thenot-Burg sait ce qu’il veut comme un garçon de 18 ans : avoir des rêves en se donnant les moyens de les réaliser. Cela fait quatre ans que le sociétaire du Stade Rodez Athlétisme fait de l’athlétisme handisport. Hémiplégique du côté gauche, le longiligne jeune homme, 1.78m pour 55kg, fait du sprint et lance le poids dans la catégorie des T35. C’est dans cette dernière épreuve qu’il a pris la troisième place lors des France en salle début mars. Un bel encouragement pour Loan. « Cette première médaille individuelle a forcément de la valeur car elle récompense mes efforts. Je m’entraîne deux à trois fois par semaine quand je suis à Rodez, je renforce mon cardio quand je suis à Toulouse. J’essaie d’être régulier ». En alternance pour préparer son Bac Pro vente en animalerie, il est quinze jours à la maison et quinze jours dans la ville Rose. Pas forcément facile de tenir le rythme mais quand on est motivé !

Une rencontre déterminante

« Cela fait quatre ans que j’ai découvert l’athlétisme, précise le fan de Jimmy Vicaut, Christophe Lemaître et Pierre-Ambroise Bosse, on m’a repéré dans un centre spécialisé. Serge Robert et Angélik Philippa m’ont fait confiance et j’ai fait mes premiers interclubs à Dôle en 2015 avec l’équipe Midi-Pyrénées qui a pris la troisième place, un vrai bonheur ». Rien de tel pour démarrer une carrière. Loan continue alors de s’entraîner avec sérieux et d’être patient. L’été dernier il participe à un stage à Blois en compagnie de Marie-Amélie Le Fur, la triple championne paralympique, et là c’est le déclic. « Ce stage m’a boosté comme jamais. Déjà l’ambiance était super mais le fait de rencontrer Marie-Amélie Le Fur a également été un superbe moment. Je trouve qu’elle est un exemple pour tout le monde. Elle a un mental incroyable, et a su  se relever de situations difficiles. Et puis quel palmarès. C’est en revenant chez moi que j’ai réalisé véritablement la chance que j’ai eu de la côtoyer ».

Un emploi du temps aménagé

Il existe des moments clés dans une vie, ce stage l’a été pour Loan qui montre un sérieux et une volonté qui font plaisir à voir. Soutenu par sa famille, ses amis, son entraîneur Fabio Perreira, et même la directrice de son lycée près de Toulouse qui n’hésite pas à aménager parfois les horaires, il prend les compétitions comme elles viennent, en les préparant sérieusement, comme toujours. Lors du meeting international de Talence, le 26 avril dernier, il battu ses records personnels sur 100m et 200m, de bon augure avant les Interclubs qu’il espère faire, le 9 juin prochain, si une équipe régionale se monte.

Mais il voit également plus loin car pourquoi pas intégrer le collectif Espoirs de Saint-Cyr-sur-Loire à la fin des études ? « Je me concentre sur ma scolarité et je prends les années les unes après les autres, conclut-il, mais c’est vrai que j’ai cette idée dans un coin de ma tête. Ce serait bien d’en faire partie mais il faut continuer de travailler. Chaque chose en son temps ». Paris 2024, c’est également certainement dans un coin de tête de Loan, la route est encore longue mais les rêves si on s’en donne les moyens, ça peut se transformer en de bien belles choses. // R. Goude

Autres articles sur ce thème : Actualité / Athlétisme
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page