Aller sur le site
A+A-

Olivier Cusin : « On va aller à Tokyo pour la médaille »

12 mars 2020
L’entraîneur de l’équipe de France de rugby fauteuil s’est réjoui de la qualification paralympique mais aussi de la manière avec laquelle ses troupes l’ont décrochée, à Vancouver au Canada. Il affirme que les Bleus seront en mesure de rivaliser pour un podium paralympique dès les Jeux de Tokyo (25 août – 6 septembre).

Olivier, quel sentiment vous anime quelques jours après cette qualification pour les Jeux paralympiques de Tokyo ?
Olivier Cusin : C’est une énorme satisfaction. Il y a aussi beaucoup de fierté et un petit soulagement. En effet, nous étions parmi les deux favoris de ce Tournoi de Qualification Paralympique, avec le Canada qui recevait l’événement. Au regard de notre saison, de nos progrès, cette qualification nous revenait. Mais seule la vérité du terrain parle. On est parti à Vancouver en mission et on a accompli notre devoir.

Quels sont les éléments qui vous ont le plus séduit chez votre équipe ?
O.C : Sa détermination et sa concentration. Les consignes ont été bien comprises et bien appliquées. Il y avait un également un état d’esprit conquérant et guerrier. Nous n’avons jamais été à un aussi haut niveau sur la constance. Aujourd’hui, on peut se projeter sur une médaille aux Jeux de Tokyo. On va y aller avec cette ambition en tête. Nous sommes vraiment proches du top 4 mondial. 

Le forfait de la Thaïlande, en raison du Coronavirus, a induit un changement de formule.
O.C : En effet, comme il n’y avait plus que sept équipes au lieu de huit, nous avons tous été regroupés dans une poule unique (au lieu de deux poules de quatre). Les quatre premiers devaient s’affronter ensuite selon la formule 1 contre 4 et 2 contre 3. Les vainqueurs de ces deux matches étant qualifiés. Il fallait donc disputer sept matches en cinq jours c’est beaucoup.


 


 

Comment avez-vous appréhendé cette nouvelle donne ?
O.C : On a vraiment avancé match après match. L’objectif était de gagner à chaque fois. Mais quand nous étions parvenus à prendre la mesure de nos adversaires, j’ai pu faire tourner pour maintenir tout le monde dans le bain et reposer les cadres afin de leur permettre d’arriver dans les meilleures dispositions pour le match du dimanche. Nous y avons réussi en gagnant tous nos matches par 15 ou 20 points d’écart. 

Tout semble s’être déroulé à la perfection ?
O.C : C’est vrai. Tout le groupe a joué le jeu. Et cela a été déterminant. Le Canada et la France, les deux équipes qualifiées, sont celles qui avaient le plus de banc. Un vrai groupe s’est qualifié. Il m’a fallu un peu rappeler l’obligation de rester dedans mais franchement le collectif a parfaitement maîtrisé cet aspect. Dès la semaine de stage effectuée sur place, avant le début de ce TQP, j’ai senti le groupe très déterminé, concentré et motivé. Il y avait de l’ambiance mais c’était aussi très studieux.     


La compétition en images

RUGBY FAUTEUIL / TQP 2020 / Vancouver


Parlez-nous un peu de cette défaite anecdotique contre le Canada ?
O.C : Quand nous affrontons les Canadiens, le samedi, nous sommes certains que ces deux équipes termineront 1 et 2 de poule. Ce match n’a donc pas d’intérêt sportif majeur. On ne va pas les rencontrer pour une place aux Jeux et il faut être frais et dispo le dimanche pour cette demie contre l’Allemagne. Alors, j’ai fait tourner un peu plus qu’il ne le faut contre un adversaire de ce niveau. C’est un peu frustrant mais on aura pour ambition de battre cette équipe à Tokyo.

À titre personnel, que ressentez-vous dès la fin du match gagné contre l’Allemagne et la qualification en poche ?
O.C : J’ai mis du temps à réaliser. Mais avec un peu de recul, je mesure tout le chemin parcouru. Il y a dix ans, nous n’existions pas. Nous avons commencé à « perfer » un peu en 2011. Puis nous sommes devenus une bonne équipe européenne, une très bonne équipe européenne avant de prendre place dans le paysage mondial. Initialement, nous espérions pouvoir rivaliser pour un podium paralympique à Paris, aux Jeux de 2024 mais je pense que nous aurons une carte à jouer dès cet été, au Japon. Voilà pourquoi après une semaine de repos, nous allons retrouver le groupe pour un stage puis repartir en préparation. Les cinq prochains mois s’annoncent chargés.


Le parcours des Bleus

France – Colombie : 54-36 ; France – Brésil  53-36: ; France – Suisse : 52-36 ; France – Suède : 48-13 ; France Allemagne : 51-32 ; France – Canada : 40-50. 

Finale de qualification. France – Allemagne : 54-40.   

Le groupe France à Vancouver. Chalmin, Le Guen (0,5 pt), Ducret (1 pt), Nankin, Thiriet (1,5), Rioux, Valentin (2 pt), Jarlan, Maurel (2,5 pt), Hivernat, Salegui, Verdin (3 pt).


À lire aussi 

En savoir plus sur la discipline

Rugby fauteuil, l’esprit collectif

Rencontre avec Emmanuel

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Rugby fauteuil
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page