A+A-

Open de Lignano: Bohéas s’impose avec la manière

10 mars 2017
Le joueur de la Vaillante Angers, chef de file du « ping français » handisport, s’est imposé à l’open de Lignano, en Italie. Le premier coefficient 40 de la saison. Il s’agissait de la première sortie internationale majeure depuis les Jeux Paralympiques de Rio. La première depuis le Brésil de Matéo Bohéas. Les attentes étaient donc assez fortes pour le jeune tricolore, véritable figure de proue au niveau national. En s’imposant, le joueur de la Vaillante Angers a confirmé sa bonne forme du moment. Et démontré que l’expérience brésilienne lui avait permis d’acquérir de la maturité. Ce succès en Italie lui ouvre aussi les portes des Championnats d’Europe, prévus en septembre. Entretien.

Matéo Bohéas, après une coupure conséquente, vous signez un retour gagnant ?

Oui. Ce tournoi en Italie n’est pas ma première compétition depuis mon retour de Rio. J’ai effectué les individuels en France, les matches de championnat par équipe aussi. Mais j’avais besoin de cette coupure. Mentalement mais aussi pour récupérer les cours du mois de septembre. Je suis désormais en Licence 3 de Staps. Cela devient un peu plus compliqué. Il me faut me consacrer davantage à mes études ces deux prochaines années car je veux devenir prof d’EPS.

Parlez-vous de ce succès en Italie ?

J’en suis très content. Il me permet d’entrer dans mes objectifs : à savoir récupérer ma 3e place mondiale et me qualifier pour les Championnats d’Europe (faire au moins une demi-finale sur un open majeur coeff 40). C’est bien de ne pas avoir attendu les opens d’avril et mai.

Avez-vous signé une perf ?

Non. J’étais tête de série 1 mais il y avait les 13, 14, 15 et 16 mondiaux. Parmi eux, quelques joueurs que je n’aime pas forcément affronter. Mais après avoir gagné tous les matches de poule 3-0, j’ai conservé cette dynamique en quart de finale. Ensuite, j’ai hérité du Polonais Misztal en demie car dernier a battu Lukyanov au tour d’avant. En ayant pas mal de réussite, je suis parvenu à me qualifier pour la finale (3-1). Et en finale, je me suis sorti des griffes du Hollandais Hergelink. Lors de notre seule confrontation, en 2013, je l’avais perdu. Cette fois, je mène 2-0 avant de me faire rejoindre 2-2 en manquant un peu de cohérence. Mon bon départ à la belle m’a permis de ne pas trop douter (11-5).

Quel est votre programme cette saison ?

Il y a les championnats d’Europe donc. Mais je vais vraiment mettre mes études au cœur de mon année aussi. Je vais tout faire pour allier le tennis de table et ce projet professionnel. Je vais donc m’entraîner six heures par semaine minimum et tenter de conserver mon niveau pour être performant en valide et en handisport. J’aimerais aussi profiter du tournoi de Slovénie en mai pour être n° 2 mondial et ainsi éviter le n° 1 lors de l’Euro. // J. Soyer

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page