A+A-

Les championnats de France par équipe lancent la saison des titres

11 avril 2019
Déols organise pour la première fois un championnat de France. Ce sera celui par équipe (de clubs ou entente géographique) samedi 13 et dimanche 14 avril. Stéphane Lelong, directeur sportif des pongistes à la Fédération Française Handisport, présente les enjeux. 

Pour certains, c’est l’épreuve des débuts. Pour d’autres celles des prolongations. Pour tous, un moment aussi convivial que sportif. Où l’enjeu et le plaisir de se retrouver se mêlent sans jamais s’entrechoquer.

Un rendez-vous incontournable

Le championnat de France par équipe, ancienne Coupe de France des clubs, joué sans distinction de classes (excepté fauteuil et debout) et de sexe, a cette vertu que des épreuves plus individuelles n’ont pas. Il soude, renforce les liens entre équipiers et surtout fait briller des clubs et aujourd’hui des ententes. Ce championnat suscite des vocations pour les plus jeunes, glorifie, en cas de succès attendus d’équipiers, une performance passée inaperçue dans un tout autre contexte.

A Déols (Indre), hôte d’un championnat de France pour la première fois de l’histoire du club, la tradition va être perpétuée. « En fauteuil comme en debout, chaque tableau est complet et comptera 16 équipes, se réjouit Stéphane Lelong. Cela nous conforte dans l’idée d’avoir retenu la candidature de Déols, un site central en France. ». L’an passé, avoir accordé l’organisation de cette épreuve près de Metz avait sans doute freiné quelques bonnes volontés.

Deux tendances se distinguent cependant. Les ténors tricolores du monde fauteuil semblent davantage jouer le jeu que ceux évoluant dans les classes 6 à 10. Ainsi, Argentan, vainqueur il y a deux ans et absent l’an dernier, Marseille, sacré l’an dernier, alignent de beaux effectifs. Les Normands, avec Florian Merrien et Emeric Martin, associent le présent et l’histoire récente du ping bleu-blanc rouge. Idem pour les Phocéens avec Nicolas Savant-Aira et Christophe Durand. Moulins-lès-Metz et Charcot, qui ont complété le podium 2018, seront aussi de la partie. De nombreux médaillés paralympiques et mondiaux se retrouveront à Déols.

Un carrefour intergénérationnel

Chez les debout, la présence de médaillés internationaux actuels est plus rare. « La majorité des joueurs de l’équipe de France évolue aussi en championnat valide. Leur calendrier est très chargé et ce type de rendez-vous peut-être l’occasion de souffler un peu, argue Stéphane Lelong. En fauteuil, ce championnat de France par équipe est davantage une opportunité pour se confronter à du jeu spécifique. »

Cette fois, le champion sortant Moulins-lès-Metz, ne défendra pas son titre. La Bayard Argentan, avec ses deux anciens internationaux, Frédéric Bellais et Audrey Le Morvan, aura donc une belle carte à jouer. L’an dernier, les Ornais ont en effet terminé deuxièmes. La Bayard devra toutefois se méfier du CC Danjoutin. Le club du Territoire de Belfort, 3e en 2018, s’appuiera sur Marco Libor. Déjà présent la saison passée lors de cette compétition par équipe, ce profil prometteur et déjà bien installé en valide, devrait commencer les tours du Critérium Fédéral en 2019-2020. Évry, club historique de cette épreuve, aura aussi son mot à dire avec des éléments comme Chesnel, Soria et Pichon, champion du monde individuel 2002 en classe 8.

Des jeunes en devenir, des joueurs expérimentés qui prolongent l’aventure. Eric Drevet, membre de la commission ping, a bien raison d’entretenir ce rendez-vous qui lance, cette année, le triptyque des championnats de France.        

Les clubs inscrits

Fauteuil : Moulins-lès-Metz 1 et 2 ; Entente Déols/Amo Mer ; Gouvieux Lamorlaye ; Eveil Mendois, Charcot 1 et 2, Marseille PPTH, Romans, Lorient, Bayard Argentan, Voisins, Aix TTH, Entente Thorigné-Fouillard/Le Mans ; Joué-lès-Tours ; Entente Gerland/Dyonisien.      

Debout : Toulon La Seyne ; AS Evry ; Bayard Argentan ; CC Danjoutin ; Maizières-lès-Metz ; Entente Roncq/ST-Laurent Blangy ; Entente Quimper/Grand Rouen ; Saint-Malo ; Entente Déols/Saint-Avertin ; Aizenay ; Noyelles Godault ; Dracenie 1 et 2 ; 4S Tours ; Entente CD94 TT/Saint-Maur ; Villeneuve d’Ascq. // Julien Soyer

Pour en savoir plus >> Championnat de France de Tennis de table handisport


À lire aussi

Jeux de l’Avenir 2019

Cahiers des Experts-Tennis de table : le fauteuil, les prothèses et les orthèses

Cahiers des Experts / Tennis de table : le matériel de jeu

Maxime Thomas : Je me suis découvert une dissymétrie monstrueuse

Autres articles sur ce thème : Actualité / Tennis de table
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page