Aller sur le site du WPA Paris 2023
A+A-

La France au rendez-vous européen

30 septembre 2022
L’équipe de France a particulièrement bien réussi les championnats d’Europe de développé-couché qui se tenaient entre le 24 et le 29 septembre à Tbilissi, en Géorgie. Avec quatre médailles d’or et une d’argent en individuel, le bilan est positif. Les ténors ont démontré qu’ils étaient prêts. Les épreuves par équipe de jeudi ont permis aux Bleus de ramener l’argent en mixte. L’équipe masculine, elle, échoue au pied du podium. Alexis Quérou, référent technique haut niveau de la commission développé-couché, revient sur cette belle semaine à l’issue de laquelle la France a pris la cinquième place du classement des nations (sur 23).    

Il ne fallait pas se rater. Ce championnat d’Europe était un passage obligé dans l’optique des Jeux Paralympiques de Paris 2024. « Les championnats continentaux sont les premiers championnats comptant pour établir le classement mondial servant à définir les sportifs qualifiés pour les Jeux  », précise Alexis Quérou, référent technique haut niveau de la commission développé-couché pour la FFH.« En effet, la Fédération internationale a choisi de qualifier aux Jeux les huit premiers mondiaux de chaque catégorie. » 

L’équipe de France de développé couché

Est-ce que l’on peut parler de championnats d’Europe aboutis ?
Alexis Quérou : On a réussi tous les résultats prévus, donc c’est positif. Les plus expérimentés en équipe de France, Axel Bourlon, Souhad Ghazouani, tous deux sacrés en individuel et Rafik Arabat, médaillé d’argent, ont largement rempli leur contrat. Ils ont montré qu’ils étaient prêts et dans la course aux Jeux. Rafik a explosé son record personnel en compétition. Il avait fait 206 aux championnats de France et il a validé une barre à 211 lors de cet Euro. Battre son record personnel en compétition est assez exceptionnel et là, il l’a bien battu. Il a même été champion d’Europe pendant une minute, le temps que le recordman d’Europe (avec 223 kg) valide une barre à 212 kg. Souhad, inscrite en -79 kg a sans doute assuré sa place aux Jeux en validant une barre à 125 kg. C’est une bonne chose de faite. Elle fera une autre épreuve en – de 73 kg, sa catégorie habituelle afin de se qualifier aussi dans cette catégorie. Ainsi, nous verrons à l’approche des Jeux dans quelle catégorie elle se sent le mieux et celle où elle a le plus de chances de décrocher le titre. C’est de bon augure pour la suite.

«  Une bonne dynamique collective » 

Les juniors aussi ont brillé …
A. Q : Les deux juniors, Léa Hamy et Grégory Schreder, médaillés d’or tous les deux, ont également apporté leur lot de satisfactions. Même s’il n’y avait pas trop de concurrence, il fallait valider les barres à l’international, où le règlement est très difficile. Ils y sont parvenus pour assurer leur titre junior. Ce fut plus compliqué pour les deux nouveaux seniors, Alex Adelaïde et Yohan Lamart. Le premier nommé a vu ses trois essais refuser par les arbitres. Yohan Lamart a validé une barre. C’est en dessous des performances qu’il est capable de réaliser. Nous n’avons pas pu monter en raison des refus des arbitres. Ce championnat d’Europe fut aussi l’occasion de mesurer la bonne cohésion d’équipe. Tout le monde s’encourage. Il y a eu une bonne dynamique collective.

Les épreuves par équipe ont aussi apporté des satisfactions…
A. Q : Oui. L’équipe masculine composée des trois nouveaux (Grégory Schreder, Yoan Lamart et Alex Adélaïde) a terminé quatrième. C’est une belle performance. En plus, Alex Adélaïde, qui n’avait pas validé de barre en individuel, en a validé deux. C’est rassurant. L’équipe mixte (Souhad Ghazouani, Axel Bourlon et Rafik Arabat) a décroché l’argent, battue sur le fil par l’Ukraine. Ces épreuves par équipe renforcent la cohésion entre les sportifs. Même si elles ne sont pas au programme des Jeux, elles ont un intérêt certain. 

Quel regard portez-vous sur l’évolution du niveau ?
A. Q : C’était un championnat bien relevé. Tous les quatre ans, il y a de plus en plus de monde sur cette compétition. D’où cette progression en termes de niveau. On voit même de belles progressions dans certaines catégories où, malgré l’absence de la Russie, une nation forte dans notre discipline, des records d’Europe sont tombés. Globalement, la majorité des pays monte en puissance.

L’Europe occidentale retrouve des couleurs

Des pays se démarquent-ils ?
A. Q : Les pays d’Europe occidentale qui étaient assez peu représentés, comptaient davantage de représentants. La France en atteste. Habituellement, nous avons trois ou quatre sportifs, là, nous étions sept. L’Angleterre est passée de cinq ou six athlètes à douze. L’Italie qui n’avait plus d’athlètes, avait sept représentants. Et tous ces sportifs affichent un vrai niveau international et peuvent prétendre aller aux Jeux. En volume et en qualité, l’adversité s’est densifiée. Ce sport qui avait presque disparu dans ces pays occidentaux revient au goût du jour. Ils sont capables d’être performants. Alors qu’avant notre sport était très dominé par l’Europe de l’Est (Russie, Ukraine, Pologne, Turquie), on note que les médailles sont plus équitablement réparties.     

Un mot sur l’organisation et la Géorgie ?
A. Q : Les championnats du monde en décembre 2021 avaient déjà eu lieu à Tbilissi. On connaissait donc déjà le lieu de compétition. Tout fut très bien organisé. Contrairement à la dernière fois, nous étions hébergés dans l’hôtel où se tenait la compétition. C’était plus facile et procurait moins de stress. L’organisation était très bien. Il n’y a eu aucun souci. Nous avons aussi pu profiter un peu mieux de tout parce qu’en décembre dernier, nous étions dans une bulle sanitaire. Nous n’avions donc pas pu sortir de l’hôtel, nous limitions aussi les échanges avec les autres concurrents, les staffs. Mercredi, lors de notre jour de repos, nous avons pu aller visiter un peu pour nous changer un peu les idées avant les épreuves par équipe.        

Rédaction : J. Soyer


À lire aussi

En savoir plus sur le développé couché et musculation

Rejoindre un club et me licencier

Tout savoir sur les disciplines handisport

Autres articles sur ce thème : Actualité / Développé couché et musculation / Haut niveau
haut de page