Aller sur le site
A+A-

Retour d’expérience : Franck Mendes, encadrer la sarbacane

22 mai 2020
Encadrant sarbacane depuis son arrivée au CMSL (Centre Médico-Social Lecourbe dit Centre Saint-Jean de Dieu) en 2000, Franck Mendes est un amoureux des sports collectifs comme le football ou le rugby qu’il pratique et dont il apprécie particulièrement les valeurs. Il cultive sa passion pour le sport en se mettant aux services des jeunes pratiquants de la discipline. Auxiliaire de puériculture à la base puis moniteur-éducateur, il est également détenteur d’une formation aux « aspirations endo-trachéales ». Cette double casquette s’avère être un réel atout dans ses fonctions au quotidien. De l’accompagnement à la pratique, en passant par les nombreuses adaptations qui en découlent, retour sur l’activité sarbacane dans sa globalité avec ce beau partage d’expérience.

FFH : Peut-on effectuer un retour sur votre expérience en tant qu’encadrant sarbacane ? Dans quelles structures êtes-vous intervenu ? 
Franck Mendes : J’ai participé à tous les Championnats de France de sarbacane depuis que je suis chez à Saint-Jean de Dieu (20 ans d’ancienneté). Les jeunes s’entraînent principalement le mercredi après-midi. Le jeudi soir, un bénévole vient m’assister pour les sessions avec les sportifs en interne. Au Centre St-Jean, tous les jeunes sportifs possèdent une licence à la FFH. Les jeunes font donc partie d’un club, celui du CSINI St-Jean de Dieu (Cercle Sportif de l’Institution Nationale des Invalides). Le CMSL possède deux structures : un IEM (Institut d’Education Motrice) pour les jeunes de 5 à 20 ans et une MAS (Maison d’Accueil Spécialisée), pour les personnes âgées de 20 ans et plus. Il y a un fort accent mis sur l’activité en loisir, c’est aussi notre rôle d’être capable de conseiller le sportif sur le type de pratique qui serait le mieux pour lui, qu’il soit axé compétition ou non.on groupe est composé de 5 nageurs.ses en situation de handicap moteur. Deux nageuses sont atteintes d’une agénésie de la jambe, un nageur d’une agénésie de la main, une nageuse du cancer des os et une sportive est paraplégique.

En quoi la sarbacane est-elle adaptée aux personnes myopathes ? Sur quels aspects peut-elle se montrer contraignante ?
F.M : La pratique de la sarbacane favorise l’exercice autour du souffle, des poumons et de tous les organes respiratoires. C’est le principal vecteur physique de cette activité réservée aux pathologies dites lourdes comme la myopathie. Il y a un fort enjeu d’adaptation pour les pratiquants ayant moins de souffle par exemple. Cette contrainte est majeure mais notre travail est aussi de pallier ces petits obstacles pour rendre la pratique toujours plus accessible. Finalement, nos adaptations sont minimes face à la volonté et à la technique que décide d’adapter le tireur, il est le meilleur acteur de sa pratique.

Rédaction : S. Grandol 

TÉLÉCHARGER L’ENTRETIEN INTÉGRAL


À lire aussi 

Ils font le mouvement, rencontre avec Marie-Noëlle

Le livret de l’encadrant Handisport

Autres articles sur ce thème : Actualité / Expertise / Sarbacane
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page