A+A-

Charly Simo : « Nous avons retrouvé le plaisir d’être ensemble »

17 septembre 2019
Après le cauchemar vécu lors du Mondial 2018, l’équipe de France de cécifoot a repris le chemin de la performance. Staff et joueurs s’appuient sur un état d’esprit de groupe irréprochable pour repartir de l’avant et briller à l’Euro qu’ils débuteront ce mercredi contre les Russes, champions d’Europe en titre. Les Bleus de Toussaint Akpweh visent la finale, synonyme de qualification pour les Jeux Paralympiques de Tokyo (25 août – 6 septembre 2020).

Le tournoi de Madrid, en juin dernier, avait apporté des validations sur le travail effectué depuis un an. Deuxième de ce dernier round amical, les Bleus de Toussaint Akpweh semblaient maîtriser de mieux en mieux les consignes individuelles et les schémas collectifs prônés par leur mentor. Les stages organisés depuis ont confirmé ce sentiment et permettent aux Français d’aborder cet Euro, à Rome, « avec confiance et détermination ».

« Il y a eu un important travail de mise en place dans les clubs, que je remercie au passage, et au sein du groupe France, se félicite Charly Simo, le directeur sportif des Tricolores. Entre les barrières latérales que l’on a pu avoir grâce aux efforts de la FFH et la multiplication des stages effectués sur les terrains du RC Lens avec lequel nous avons signé une convention, l’équipe a retrouvé des repères individuels et collectifs. Mais surtout, un état d’esprit de groupe important dans l’optique de performer. »

Le climat, très tendu entre fin 2012 et les championnats du monde 2018, terminés à la dernière place, s’est apaisé. « On sent les joueurs et le staff heureux de vivre ensemble, de jouer ensemble aussi. C’est l’une des clés de notre regain de forme. »

Des exigences physiques accrues

Un retour au premier plan qu’il convient donc de confirmer lors de cet Euro, qualificatif pour les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020. Les équipiers de Frédéric Villeroux devront, pour cela, se qualifier pour la finale au minimum. Physiquement, les Français sont aussi parés pour répondre aux exigences accrues que supposent les nouvelles règles. Le temps de jeu étant désormais effectif, un match de deux fois 20 minutes peut durer entre 1 H 30 et 2 h. Et les équipes menant au score ne peuvent plus se contenter de « fermer la boutique », décrypte Charly Simo. L’intensité est donc bien plus forte. « Nous sommes prêts. Les curseurs sont bien placés. Après, cela reste du sport… », prévoit Charly Simo, qui rappelle que la majorité des joueurs des autres nations sont des pros ou s’entraînent comme tels. 

Les Français seront assez vite fixés au regard de l’adversité à laquelle ils auront à faire face en phase de poule. « Nous avons hérité du groupe de la mort, assure le Directeur sportif. La Russie est championne d’Europe en titre, l’Angleterre a fini 3e, mais a été éliminée par les Russes en demi-finales. » La Grèce, très accrocheuse et l’Allemagne, qui possède un attaquant puissant et adroit, ne seront en aucun cas des faire-valoir. « Nous avons de vraies raisons d’y croire. Dans le jeu et dans tout ce qui va autour, les signaux sont positifs », insiste Charly Simo.

Les Français qui démarreront leur Euro romain, ce mercredi, contre les Russes, ont bien l’intention de montrer qu’ils sont de retour sur le haut de la scène continentale. Que la paralympiade 2012 – 2016 n’est plus qu’un mauvais souvenir qui a permis de tirer les bons enseignements pour rebondir. 

Première étape, ces matches de poule. Il faut viser l’une des deux premières places pour se hisser en demi-finales afin de croiser contre l’un des deux premiers du second groupe. Certainement l’Espagne ou la Turquie.        

Rédaction : J. Soyer  / Photo : F. Pervillé


Les groupes
A : Russie, Angleterre, Allemagne, Grèce, France.
B : Espagne, Turquie, Belgique, Roumanie, Italie. 

La sélection française à Rome
Gardiens : Benoît Chevreau, Jérémy Sauffisseau
Joueurs de champ : Martin Baron, Gaël Rivière, Yvan Woundji, Frédéric Villeroux, Hakim Areski, Michael Miguez, Fabrice Morgado, Babacar Niang.

Staff
Directeur sportif : Charly Simo.
Head-coach : Toussaint Akpweh.
Coach adjoint et guide : 
Yannick Le Colvez.
Ostéopathe et kiné :
Daniel Martins.
Médecin et ostéopathe : Daniel Méric.
Kiné et relations presse : Benjamin Maire.

 


À lire aussi 

Retour d’expérience: Jérémy Sauffisseau, gardien de Cécifoot

Rugby fauteuil, l’esprit collectif

Indispensables bénévoles

Autres articles sur ce thème : Actualité / Cécifoot
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page