Aller sur le site
A+A-

J-100 Tokyo 2020, ce qu’il faut retenir

15 avril 2021

Ce mercredi 14 avril, à l’occasion du J-100 des Jeux Olympiques de Tokyo, le CNOSF et le CPSF ont officiellement lancé l’Équipe de France unifiée, scellant le regroupement historique des athlètes français olympiques et paralympiques sous une même bannière. À cette occasion, les candidatures des athlètes et le nouveau mode de scrutin pour l’élection du binôme porte-drapeau tricolore aux prochains Jeux Paralympiques ont été dévoilés. Quatre athlètes de la Fédération Française Handisport sont en lice !

Une Équipe de France unifiée

En vue des Jeux de Tokyo, de Pékin en 2022 puis de Paris en 2024, les équipes de France olympique et paralympique s’unissent pour ne former plus qu’une seule équipe : l’Équipe de France ! Olympiens, paralympiens, issus des sports d’hiver ou d’été, jeunes talents en quête d’un palmarès ou légendes du sport médaillées, ne formeront désormais plus qu’un pour réaffirmer que l’excellence sportive ne fait pas de distinction de discipline, de handicap ou de genre. À l’image de Marie Patouillet, vice-championne du monde de cyclisme handisport sur piste, entraînée par Grégory Baugé, neuf fois champions du Monde de la même discipline, des binômes ont déjà initiés cette démarche d’unité à l’approche des Jeux Paralympiques.

Pour la première fois de l’histoire, cette équipe unie va permettre aux athlètes tricolores de s’inscrire dans une même histoire. Plus largement, l’Équipe de France montre sa volonté de fédérer les forces, et se veut source d’inspiration pour la société toute entière : l’unité est dans l’ADN du sport et dans l’ADN des Jeux.

Pour Marie-Amélie Le Fur, Présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, « cette Équipe de France est le reflet d’une réalité, d’échanges constants entre les athlètes. Le mot performance revient constamment et cette équipe sera conquérante. »

 

Découvrez l’actualité de l’Équipe de France Olympique et Paralympique sur www.equipedefrance.com

Un binôme femme/homme dans le rôle de porte-drapeaux

Ce J-100 fut également l’occasion de découvrir les candidats et la nouvelle procédure de désignation des porte-drapeaux. Pour la première fois de l’histoire, un femme et un homme conduiront la délégation tricolore à l’occasion des cérémonies d’ouverture olympique (23 juillet) puis paralympique (24 août).

Concernant l’élection des porte-drapeaux français pour les Jeux Paralympiques, le Comité Paralympique et Sportif Français a innové en portant les candidatures au vote populaire, dans une volonté de maximiser la visibilité des athlètes handisport auprès du grand public. Ainsi, à partir du 1er juin et jusqu’au 30 juin, il faudra voter et se mobiliser massivement pour élire le binôme femme/homme qui représentera la délégation française lors des Jeux. Les athlètes élus seront dévoilés courant juillet, en même temps que le binôme olympique.

Quatre athlètes de la Fédération Française Handisport en lice

Qui succèdera au tennisman Michaël Jérémiasz, porte-drapeau lors des Jeux Paralympiques de Rio en 2016 ? Parmi les sept candidatures retenues, quatre d’entre eux sont issus de la Fédération française Handisport. Aux côtés de Sandrine Martinet (judo), Perle Bouge (aviron), Stéphane Houdet (tennis), nous retrouvons : 

Nantenin KEITA
Nantenin Keita est une figure emblématique de l’équipe de France d’athlétisme handisport. Atteinte d’une déficience visuelle, elle est aussi ambassadrice des droits des personnes atteintes d’albinisme. Côté performances, c’est à Pékin en 2008 qu’elle remporte ses premières médailles paralympiques, l’argent sur 200m et le bronze sur 400m, puis à Londres en 2012 où elle s’empare du bronze sur 100m. Plus déterminée que jamais à remporter le métal qui manque à son palmarès, elle parvient à décrocher l’or sur 400m à Rio en 2016. À Tokyo, son objectif est clair : remonter sur la plus haute marche du podium ! 

Souhad GHAZOUANI
Souhad Ghazouani est l’une des meilleures haltérophiles du monde. Née avec un spina bifida, une malformation de la colonne vertébrale, Souhad a les deux jambes paralysées. Elle se découvre une passion pour le développé couché musculation à l’âge 15 ans. Son palmarès parle de lui-même: l’argent à Athènes en 2004, le bronze à Pékin en 2008, l’or à Londres en 2012 puis l’argent à Rio en 2016. Elle a également été détentrice de plusieurs records du monde. À 38 ans et 4 paralympiades à son actif, Souhad a pour ambition de remporter à nouveau le titre paralympique (-73 kilos) lors de ses 5ème Jeux à Tokyo

Pierre FAIRBANK
Atteint d’une myélite, inflammation aigüe de la moelle épinière à l’âge de 9 ans, Pierre Fairbank est aujourd’hui une légende de l’athlétisme handisport français. Il découvre l’athlétisme fauteuil en 1988 et ne l’a plus jamais quitté. Depuis les Jeux de Sydney en 2000, il est de toutes les paralympiades ! L’athlète néo-calédonien collectionne les médailles dans sa catégorie T53. Il en compte 8 au total : 1 en or, 3 en argent et 4 en bronze. En montant sur le podium aux Jeux de Tokyo, Pierre terminerait sa carrière à 50 ans de la plus belle des manières.

David SMETANINE
Avec plus de 15 ans d’expérience, plusieurs titres paralympiques et 4 participations aux Jeux en natation, David Smétanine possède l’un des plus beaux palmarès sportifs français ! Ses 9 médailles paralympiques, dont 2 en or, 5 en argent et 2 en bronze, parlent d’elles-mêmes. Ce compétiteur né, tétraplégique partiel à la suite d’un accident de voiture à 21 ans, a su rebondir grâce à la natation qu’il pratiquait déjà auparavant. Désireux de « conquérir le monde » comme il le dit si bien lui-même, il tentera à Tokyo de compléter un peu plus son palmarès en allant chercher de nouvelles médailles et atteindre « sa decima » !

Rédaction : A.Pierrette


A lire aussi 

Chemin de sélection Tokyo

Norbert Krantz : « La France peut viser un record de médailles à Tokyo »

Découvrez la base athlètes Bleus Handisport (palmarès, biographies)

PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Autres articles sur ce thème : Jeux Paralympiques
haut de page