Aller sur le site du WPA Paris 2023
A+A-

La formation para-accueillante, un programme de formation partagé

18 mai 2022
A l’aube des Jeux paralympiques de Paris 2024, le CPSF a souhaité former les clubs sportifs à l’accueil des personnes handicapées. Il s’est appuyé sur l’expertise de la FFH et de la FFSA pour mettre en œuvre une formation para-accueillante. Guy Tisserant, élu en charge de la formation au sein de la FFH, nous présente le dispositif et ses enjeux.

FFH : Peux-tu te présenter ?

Guy Tisserant : Ancien sportif de haut-niveau en tennis de table et 4 fois médaillé d’or aux Jeux Paralympiques, je suis à présent membre du bureau et trésorier adjoint de la fédération. Je suis élu en charge des partenariats, de la formation de l’événementiel et de l’emploi. Je gère avec l’équipe formation évidemment les projets de formation organisés par la fédération et ses comités. Je suis l’interlocuteur sur le plan politique puisque je suis l’élu référent de la formation.

Comment s’est initiée cette formation ? Qui sont les partenaires de la formation ?

G.T: Il y a un peu plus de 2 ans, le Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF) a été sollicité par des collectivités notamment des mairies pour outiller et améliorer la connaissance des clubs de leur territoire sur la thématique de l’accueil des pratiquants handicapés quel que soit le handicap. Le CPSF a eu l’idée de monter ce module de formation pour les clubs para- accueillants. Un dispositif pilote a été mis en œuvre avec le Comité départemental de Paris notamment avec Vincent Lassalle qui est également membre du comité directeur de la fédération. Ce module a été construit en partenariat entre le CPSF, la FFH et la Fédération Française du Sport Adapté (FFSA). Il a été testé auprès de plusieurs clubs. Le constat a été très positif et la formation jugée très utile par les participants. Il a alors été décidé de généraliser ce dispositif au plan national. Nous avons retravaillé avec le CPSF pour élaborer un cahier des charges qui a été validé récemment. Nous sommes désormais dans la phase de déploiement de cette formation sur l’ensemble du territoire.

Qui doit faire la demande de formation ?

G.T : La demande est à l’initiative des collectivités territoriales, souvent les mairies qui souhaitent que les clubs de leur territoire soient formés et outillés à l’accueil des pratiquants handicapés. À cet effet, elles devront saisir le CPSF via son référent régional. Le CPSF organisera alors la session en s’appuyant sur la FFH et la FFSA. Nos structures (clubs affiliés et comités) peuvent également identifier des besoins de clubs hors FFH et leur conseiller de se tourner vers leur commune afin de mettre en place la formation.

Quel est le profil des stagiaires ?

G.T : Les bénévoles, salariés, dirigeants et entraîneurs, en somme, toutes les personnes en position d’accueillir des pratiquants handicapés sont les participants cibles de cette formation et ce, quel que soit la discipline, en particulier les sports que nous ne gérons pas ou qui ne sont pas organisés avec une commission nationale.

Notre expertise et plus-value nous permettent de leur faire prendre conscience de l’importance de la prise en compte de la particularité du handicap et de la singularité de la personne, d’expliquer la notion de compensation au moment de la pratique, la notion d’adaptation, de spécificité…

Quel est le format de la formation ?

G.T : La formation comporte des modules animés par le CPSF, par la FFSA et par la FFH. Elle comporte un tronc commun de 6H à destination des dirigeants et des encadrants avec un panorama des informations à connaitre (3h) et une première approche des publics (3h). Ensuite, une partie spécifique réservée aux dirigeants et animée par le CPSF est proposée ainsi qu’une autre partie spécifique, prise en charge par la FFH et la FFSA, cette fois à destination des encadrants.

En ce qui concerne le module spécifique Handisport, il aborde la particularité des publics cibles, développe la connaissance des typologies de handicap, de leurs principales conséquences et de leurs impacts psychologiques. Il se compose des Indispensables, 14h en e-learning puis de 3h théoriques en présentiel et 3h de pratique.

Quels sont les enjeux de cette formation para-accueillante ?

G.T : Cette formation repose sur trois enjeux majeurs de développement :

Premier enjeu : développer la pratique du sport pour les personnes handicapées en général en France

G.T : Le renforcement de la professionnalisation des acteurs, une amélioration de leur capacité d’accueillir les personnes handicapées dans de bonnes conditions et la simplification de la pratique permettront aux personnes handicapées d’aller dans un club de proximité, de faire le sport qu’elles ont envie de faire… Cette formation augmente la capacité de toute personne handicapée de pratiquer une activité physique et sportive dans des conditions de qualité, de sécurité et d’épanouissement. Il s’agit d’acculturer l’ensemble des acteurs du mouvement sportif, d’éviter qu’ils soient démunis ou inquiets. En changeant leurs représentations, en modifiant leurs perspectives, ils seront plus ouverts au sujet, ce qui rejoint la raison d’être de la fédération.

Deuxième enjeu : développer le mouvement paralympique.

G.T : Plus il y aura de pratiquants en situation de handicap, plus le sport sera considéré comme naturel. Cela permettra de démontrer la plus-value du mouvement paralympique, que ce soit le CPSF, la FFSA ou la FFH qui en est un des acteurs majeurs.

Troisième enjeu : la fédération Handisport

G.T : En renforçant et diffusant notre connaissance, cette formation va nous permettre de démontrer notre très forte expertise en matière de sport pour les personnes en situation de handicap physique et/ou sensoriel en France, et le caractère essentiel, incontournable et indispensable de la fédération, des ligues, des comités et des clubs. Elle permettra également de professionnaliser des clubs des fédérations homologues dans des sports dont nous avons la délégation, ce qui est un excellent moyen pour développer notre nombre d’adhérents et de clubs. À titre d’illustration, lors de l’expérience pilote de Paris, tous les participants ont pris une licence et ont envisagé de créer une structure ad hoc, certains ont affilié leur structure à la FFH en bénéficiant de notre programme Handistart (2 licences offertes la première année et plus d’obligation de licencié pratiquant) et de nos dispositifs. Cette formation, est un outil stratégique de positionnement et de développement de notre fédération, ce qui représente un de nos objectifs majeurs.

 Aujourd’hui, nous comptabilisons environ 35000 licenciés, pour 3 à 4 millions de personnes handicapées en France. La marge de progression potentielle est donc énorme.

De plus, l’aspect financier est loin d’être négligeable pour les clubs et comités Handisport qui assureront l’animation de ces formations. En effet, une indemnité de 2000€ est versée pour chaque animation du module spécifique et 1000€ supplémentaires sont versés aux structures assurant l’accompagnement des clubs para-accueillants. C’est donc également une nouvelle modalité de développement des ressources financières.

Pour conclure, nous sommes concernés par les trois enjeux, ce qui démontre tout l’intérêt de promouvoir ce dispositif.

As-tu quelque chose à ajouter sur ce sujet ?

G.T : En synthèse, la fédération Handisport (au sens de l’ensemble de ses structures affiliées) est essentielle au niveau national. Il faut que nous soyons dans une position offensive de démonstration de toute notre plus-value, de notre expertise, de notre savoir. Partager le savoir et en donner, ce n’est pas se déposséder, c’est renforcer la connaissance pour aller plus loin dans la pratique. Il est de notre intérêt d’aider et d’accompagner les clubs à se professionnaliser. En effet, plus les personnes handicapées pratiqueront une activité physique et sportive, et plus l’expertise de la fédération française handisport sera nécessaire et incontournable. Il s’agit pour nous tous et toutes d’un enjeu stratégique et il est de notre intérêt d’être moteurs et promoteurs de ce dispositif de développement. Rappelons que nos 3 valeurs sont la singularité, l’autonomie et l’accomplissement. Cette formation doit permettre de transposer ces valeurs dans tous les clubs pour que toute personne en situation de handicap puisse pratiquer dans de bonnes conditions et ainsi bénéficier d’une égalité des droits et des chances, comme le promeut la loi du 11 février 2005.

Rédaction : J.Michel


A lire aussi

La fiche programme formation para-accueillante – modules Handisport

Réseau des clubs para accueillants : première formation à Paris !

Autres articles sur ce thème : Actualité / Formation
haut de page