Aller sur le site
A+A-

Rencontre avec le fondateur d’Une Lame pour Courir

12 mai 2020
Jean-Luc Clémençon, fondateur de l’association « Entr’aide » a crée en 2013 le programme « une lame pour courir » afin de permettre à chaque enfant, amputé d’un membre inférieur, de pouvoir disposer d’une lame de sport. Il a répondu à nos questions…

Pourquoi avoir créé « Une lame pour courir »?
Jean-Luc Clémençon : Pour faire face à une situation d’impossibilité à presque 100% d’équipement des jeunes amputés de membres inférieurs à accéder au matériel prothétique adapté permettant de courir ou sauter; gestes essentiels dans le développement psychomoteur.

Comment cela fonctionne ?
J-L.C : Nous prêtons le matériel nécessaire à la confection de la prothèse au prothésiste sous couvert d’un contrat tripartite entre la famille, le prothésiste et l’association dans lequel le prothésiste s’engage à ne percevoir aucune somme d’argent en échange de l’adaptation.

A quel besoin répondez-vous ?
J-L.C : Accéder gratuitement -cotisation annuelle de 30 euros mise à part- au matériel prothétique adapté permettant de courir ou sauter; gestes essentiels dans le développement psychomoteur.

Quel est le profil de vos bénéficiaires ?
J-L.C : Ce sont principalement des jeunes de 6 à 18 ans, débutants comme confirmés. Nous prêtons le matériel spécifique pour les jeunes de 6 à 16 ans et finançons entièrement la première prothèse pour courir définitive entre 16 et 18 ans. Les demandes émanant des adultes sont-elles étudiées au cas par cas. 

Combien de personnes équipez-vous ?
J-L.C : Nous avons 80 adhérents. En permanence, une cinquantaine de famille en bénéficie et depuis le début de l’action, nous avons touché 65 familles.

De quelles aides financières disposez-vous?
J-L.C : Plusieurs sources : le tout premier partenaire à avoir cru en notre projet a été l’association « Les Clayes Handisport-Bouchons de l’espoir ». Notre principale source est un partenariat nous liant depuis 5 ans avec Malakoff Humanis jusqu’en 2024, ensuite vient la fondation Autosphère dont le référent est notre parrain Stéphane Diagana. L’UGECAM Nord Est joue un rôle particulier dans la mesure où elle me permet depuis 2019 de bénéficier de 2 jours par semaine de mon temps de travail pour m’occuper de l’association. Le reste des partenariats est partagé entre l’UGECAM du Nord Est, AG2R La Mondiale, la mutuelle UMC et enfin entre 20 et 40 actions menées chaque année au profit de l’association par des écoles, UFR Staps, partenariat ponctuels d’entreprise, grands marathons, épreuves sportives populaires diverses, associations caritatives, municipalité etc. Dernièrement un partenariat pour 3 ans vient d’être signé avec la filiale française du Groupe BOSCH. Pour ce qui est des lames nous avons un contrat d’exclusivité avec la société ÖSSUR de 6 à 16 ans (fabricant exclusif mondial de lames pédiatriques pour l’instant), nous sommes libres de tout contrat au delà de cet âge.

Sagit-il uniquement de prothèses de course ou toutes prothèses de sport ? ou de vie quotidienne ?
J-L.C : Uniquement des prothèses pour courir ou sauter. En outre un système de prêt parallèle à été mis en place pour la compétition sur piste lorsque la stature de l’enfant le permet s’il en fait la demande et qu’elle est approuvée par son prothésiste sous couvert d’avis médical favorable (c’est dans tous les cas le prothésiste sous couvert de l’avis médical favorable qui prends la responsabilité de la prothèse).

Comment se passe le lien avec le prothésiste du sportif ?
J-L.C : Le contrat prévoit un bilan tous les 6 mois minimum afin de suivre au mieux l’évolution de l’enfant. Nous avons des contacts étroits avec certains prothésistes mais d’autres nous sollicitent très peu. Nous répondons le plus rapidement possible à toutes les sollicitations.

Y a-t-il un accompagnement à l’utilisation de ces prothèses sur les premières séances sportives ?
J-L.C : D’abord par le prothésiste, souvent ensuite au sein d’un club (valide ou handisport), enfin chaque année à l’INSEP au moment de notre ÖSSUR Junior Day.

Quelles sont les collaborations avec la FFH ? Avec les jeunes du centre fédéral ?
J-L.C : Grâce au parrainage très actif  de Marie-Amélie Le Fur et au partenariat avec Malakoff Humanis nous pouvons être au plus près des jeunes entrés dans les pôles France ou encore être invité au Meeting HOP de Charléty.

// Propos recueillis par Denis Charreyre

POUR EN SAVOIR PLUS

 


DÉCOUVREZ AUSSI « LAMES DE JOIE »

Née en février 2016, cette association a pour vocation première de prêter des lames de course en carbone aux enfants amputés de l’un ou de leurs deux membres inférieurs dans le but de leur permettre de pratiquer une activité sportives.

 


À lire aussi 

Les Jeux de Stoke-Mandeville vus de l’intérieur

Aladji Ba : « Naturellement, un aveugle ne court pas »

Retour d’expérience : Franck Mendes, encadrer la sarbacane

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Athlétisme / Matériel
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page