Aller sur le site
A+A-

Rencontre avec Nathalie Laurent

30 juillet 2021
Une fois par mois, nous partons à la rencontre de ces personnes qui donnent de leur temps pour la Fédération Française Handisport et qui s’investissent chaque jour pour faire bouger les lignes, que ce soit dans un club ou un comité. Pour le portrait du mois de juillet, c’est Nathalie Laurent, fervente porteuse du handisport en Bourgogne-Franche-Comté et sportive émérite, qui a répondu à nos questions sur son investissement au sein du mouvement handisport.

Quel est votre rôle actuel au sein de la FFHandisport ?

Nathalie Laurent : Je suis présidente du Comité Handisport de la Nièvre depuis 2017 (après avoir fait mon entrée en 2012 en tant que secrétaire) et également vice-présidente du Comité Régional Handisport Franche-Comté depuis 5 ans ! En 2019 et depuis sa création, j’ai intégré la commission DVT (Dispositif de Valorisation Territoriale), au sein même de la Fédération.

Qu’est-ce qu’il vous apporte sur le plan personnel ?

N.L. : Je suis toujours très heureuse de participer aux différents événements fédéraux et à la commission DVT, ce sont toutes les rencontres et échanges avec des personnes aux expériences différents qui enrichissent mon quotidien ! J’aime beaucoup l’ambiance qu’il y a à la Fédération et quand on se retrouve tous ensemble.

Avez-vous un métier à côté ?

N.L. : Pas à côté de mes activités pour le mouvement mais auparavant, j’ai été prothésiste dentaire jusqu’en 1993.

Pouvez-vous nous raconter votre entrée dans le mouvement ?

N.L. : Il y a maintenant 27 ans, j’ai eu un accident de moto. Je souhaitais reprendre le sport dans ma région. Je pratiquais la natation lorsque j’étais valide et à Nevers, lors de la fête des associations, j’ai vu un stand du comité handisport. Je me suis rapprochée d’eux et j’ai pu commencer à pratiquer la natation ! Ils ont monté une section handisport et un jour, j’ai été appelé par le président qui m’a proposé de rentrer dans le comité départemental. J’ai participé à plusieurs AG et Journées Nationales. Une fois la fusion des régions actée, j’étais partante pour y entrer et tenter de faire bouger les choses à mon niveau !

Comment nourrir la motivation au quotidien ?

N.L. : Avoir une super équipe déjà, ce qui est mon cas ! On s’entend tous très bien, la confiance règne et on arrive à avoir une véritable écoute quand nous en avons besoin. J’ai la chance d’avoir une salariée compétente, un bon bureau et un comité directeur au top ! Tout le monde est très actif et ça ne peut que m’aider à aller de l’avant. J’aime vraiment ce que je fais et je trouve que c’est important de partager son expérience et de donner envie à d’autres personnes en situation de handicap de faire du sport ou une activité.

Le plaisir au quotidien, voilà la recette !

Quelle est votre plus grande réussite à vos yeux ?

N.L. : Mon quotidien au sein du comité de la Nièvre ! On a réussi à bien évoluer et plus ça va, plus on arrive à développer diverses activités qui font vivre le département. On remonte une équipe de basket-fauteuil (après 3 ans sans activité). Je suis plutôt satisfaite de cette avancée et contente de pouvoir pratiquer de nouveau cette discipline.

Sur un aspect plus personnel, je dirais que c’est mon parcours en para-badminton. J’ai été vice-championne de France il y a maintenant six ans et au début du mois de juillet, j’ai de nouveau été vice-championne lors du France para-badminton 2021 (qui s’est déroulé du 2 au 4 juillet à Carquefou).

 

Êtes-vous passionnée par le sport ?

N.L. : En général oui ! Je pratiquais déjà la natation avant, j’aime bien la moto aussi. Je ne suis pas compliquée et c’est vrai que je prends du plaisir à regarder les Jeux (qu’ils soient Olympiques ou Paralympiques). J’apprécie également les sports d’hiver et le rugby, dans et en dehors du stade !

Est-ce qu’une personne en particulier vous a marqué ?

N.L. : J’ai envie de commencer par Elodie Galvaing-Gauthier qui est bien plus qu’une salariée. Elle m’aide énormément au quotidien et m’apporte un soutien sans faille.

Alain Siclis m’a aussi beaucoup apporté et j’apprécie grandement Guislaine Westelynck, présidente de la FFH. On arrive à échanger simplement et je me sens bien avec elle car elle connait notre quotidien dans les comités et arrive à mettre en valeur les territoires. 

Il y a également Monsieur Jeannet Philippe qui m’a fait découvrir le badminton, tout est un peu parti de lui. Enfin, j’ai une pensée pour Hervé Barsse, qui a eu un rôle important dans mon entrée au sein du comité départemental.

Avez-vous un événement passé à nous raconter ?

N.L. :  On va dire que c’est une somme d’événements que je garde en tête et qui pimente le quotidien ! Au niveau du comité régional, je trouve qu’il y a un beau développement au niveau de la pratique sportive des jeunes. On a réussi à avoir une délégation nivernaise lors des Jeux Régionaux de l’Avenir des 8 et 9 juillet derniers.

En 2019, j’ai proposé l’Association Dream lors des Journées Nationales Handisport. Ils ont remporté le trophée « événement de l’année » pour leur raid handi valide. Ce fut une belle émotion personnelle et une reconnaissance à la hauteur de l’investissement de l’association dans le mouvement handisport !

Une phrase pour convaincre quelqu’un de se lancer dans le mouvement ?

N.L. : C’est une bonne expérience de la vie ! On rencontre beaucoup de gens avec des parcours différents et qui sont tous exceptionnels. Tout le monde fait partie d’une grande famille finalement !

Rédaction : S. Grandol

Devenez bénévole au sein d’une commission sportive, d’un comité régional, départemental ou au siège de la fédération en rejoignant la Handisport Family. Plus d’infos


À lire aussi 

Rencontre avec François Ancé

Envie de devenir bénévole ? Rejoignez la Handisport Family

Autres articles sur ce thème : Actualité / Ils font le mouvement / Portrait
haut de page