Aller sur le site du WPA Paris 2023
A+A-

Sylvain Morvan, jouer au football et entraîner en étant malentendant

23 septembre 2022
Malentendant de naissance à 80%, Sylvain Morvan est passionné de football depuis son plus jeune âge. Devenu Entraîneur de l’équipe de France de foot sourds en septembre 2020, Sylvain nous fait partager son expérience de joueur et d’entraîneur.

Malentendant de naissance, avez-vous été scolarisé en milieu ordinaire ou spécialisé ?

Sylvain Morvan : A l’école primaire, j’étais en milieu normal à Blois mais j’avais pas mal de difficultés. On a déménagé sur Orléans en 1983 et j’ai été inscrit dans une classe spécialisée. J’ai fait mon lycée dans une classe normale avec interprète.

Quel est votre parcours en tant que joueur ?

S.M : J’ai commencé très jeune au sein d’un club entendant et j’ai joué jusqu’à mes 38 ans. J’ai évolué à différents niveaux dans les compétitions de la Fédération Française de Football : départemental et régional (jusqu’à la division d’honneur, le plus grand niveau régional chez les séniors). A 22 ans, un sportif sourd m’a proposé de venir jouer dans son équipe lors d’un match amical contre l’Etoile Sportive des Sourds de Vitry. C’est comme cela que j’ai rejoint l’Inter Omnisports des Sourds d’Orléans. Un mois après ce match amical, j’ai été convoqué pour un stage de présélection de l’Equipe de France des sourds à côté de Saumur. Par la suite, on m’a choisi pour faire partie de l’équipe et affronter la Norvège à Oslo, qui était un match qualificatif pour les Deaflympics de 97. Au total, je compte une soixantaine de sélections en EDF. J’ai joué aussi dans deux autres clubs sourds en région parisienne, à Argenteuil et à Paris.

Quelles sont les spécificités dans l’encadrement du football sourds ?

S.M : On peut mettre en place des formations pour les sourds par exemple, mais ne pas calquer le modèle sur des formations au sein d’un club valide. Il faut adapter le rythme et toujours être à l’écoute de son groupe. Il est important d’utiliser une communication simple avec des mots facilement compréhensibles, que ce soit lors des entraînements ou d’un match. Un encadrant peut aussi aller découvrir l’univers du sport sourd et entraîner un club (avec l’aide d’un interprète au départ, pour se faciliter la tâche). J’ai un collègue entendant qui connaît bien la langue des signes (ses parents sont sourds) et c’est une manière de s’intégrer aussi plus facilement. Plus on va avoir de connaissances dans le handicap en question et dans les pratiques, plus le travail sera agréable et facilité.

Rédaction : S.Grandol

TELECHARGER L’ENTRETIEN INTEGRAL


A lire aussi

En savoir plus sur la discipline

DicoSports LSF : le football

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Expertise / Foot sourds / Retour d'expérience
haut de page