Aller sur le site
A+A-

Clubs Solidaires, un élan pour repartir de l’avant

6 juillet 2020
La pratique sportive demeure limitée et très encadrée pour les sportifs du mouvement handisport. La mise en place du Dispositif Clubs Solidaires Handisport, du 2 juin au 31 août a permis aux clubs et comités de proposer aux licenciés de  reprendre des activités physiques en toute sécurité. De retrouver le plaisir des sorties « nature » propices à la convivialité.

Partage, ouverture, convivialité et solidarité… Ces valeurs sont dans l’ADN de la Fédération Française Handisport. Le dispositif Clubs Solidaires Handisport en témoigne. Du 2 juin au 31 août 2020, grâce aux possibilités offertes par la licence FFH (accès multisports, multi-associations, assurance…), la Fédération incite les associations affiliées qui le souhaitent et le peuvent, à ouvrir ponctuellement certaines activités de reprise aux licencié(e)s FFH d’autres associations, qui seraient, elles, dans l’impossibilité temporaire de proposer des activités.
« Comme nous avions dû annuler nos actions « sport nature » en mai et en juin, on regrettait de ne rien proposer avant septembre, explique Lauriane Micquel, salariée du Comité Handisport de l’Ariège. Surtout que nous avions des demandes de la part de licenciés dont les clubs ont fermé jusqu’à la rentrée. »

Un retour positif des licenciés

© CDH Ariège

Le 23 juin dernier, Lauriane Micquel et son équipe du CDH Ariège, ont donc organisé un pique-nique retrouvailles. « Il s’agissait aussi de la Journée olympique. On a donc fait le défi 2024 à la suite du pique-nique. Chacun des licenciés présents a adapté son programme à ses envies durant cet après-midi très convivial. » Trois des neufs clubs du département étaient représentés. « Afin de bien respecter les mesures sanitaires, nous avons limité les inscriptions. On a très vite affiché complet. » 

La sortie voile, prévue le 2 juillet et tombée à l’eau en raison de la météo capricieuse, a déjà été reportée au 18 août. Une sortie Cimgo avec le Ski Club d’Ax est également à l’étude pour la semaine du 20 juillet. Elle sera affinée en fonction des options offertes par le plan de déconfinement phase 3. « Ces actions, initiées à travers le dispositif  ont permis de maintenir l’activité et de garder le lien avec nos licenciés, »  insiste Lauriane Micquel. Fin août, les licenciés pourront aussi profiter d’un pique-nique assorti d’une baignade et d’une marche, selon les envies.  

L’objectif est de maintenir une offre de proximité réelle, ou virtuelle, pour tous, en toute sécurité, sur les lieux de vacances parfois, de renforcer la solidarité territoriale et les liens entre les licencié(e)s FFH, les associations affiliées et les comités territoriaux.

Basée sur la solidarité et le volontariat des associations, cette initiative est imaginée sans surcoût de cotisation « Club » pour le licencié et dans le respect mutuel d’une charte de confiance.

Dans le Finistère, l’idée a d’abord suscité des doutes. « On craignait qu’en raison des mesures sanitaires à respecter, on ne trouve pas la convivialité recherchée, admet Camille Guillou, salariée du CDH Finistère. Mais après une réunion en interne et un sondage prometteur, on a mis en place une sortie handbike. » Les inscriptions rapides et les retours ont incité le CDH 29 à s’engager pleinement dans le dispositif. « On s’appuie sur les clubs de Brest et Quimper, en fonction des activités proposées. » Là encore, des licenciés de tout le département se retrouvent avec un plaisir non dissimulé sur une sortie surf, une autre dédiée au Quadrix et VTT ou encore pour remonter l’Odet en kayak. « On privilégie vraiment l’aspect convivial », apprécie Camille Guillou.

Le CDH 29 a gagné du temps

© CDH 29

L’initiative permet également au Comité finistérien de réaliser un test grandeur nature dans l’optique de la saison à venir. « Nous voulions développer les sports nature l’an prochain. On mesure, à travers les activités proposées cette année dans le cadre du dispositif Clubs Solidaires, que ça répond à de vraies attentes chez nos licenciés, développe Camille Guillou. Nous avions aussi maintenu le surf que dans le cadre de séjours. On constate que le programmer de manière ponctuelle comme mardis 7 et 13 juillet, fonctionne bien. »

La mise en place d’activités un peu plus sensationnelles comme le parapente ou la grimpe est également envisagée. « Ce dispositif a dégagé un noyau dur de licenciés intéressés par ce type de pratiques conviviales. »          

Rédaction : J. Soyer


À lire aussi 

Une reprise placée sous le sceau de l’originalité

« Un vrai sentiment de liberté ! »

MMS TRAINING, l’application qui soutient handisport

 

Autres articles sur ce thème : Actualité / Clubs & Associations / Comités
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page