A+A-

Ski Nordique

PARALYMPIQUE
DEAFLYMPICS

Capacités développées

  • Habileté motrice
  • Coordination (tir)
  • Fonctions cardio-respiratoires

Le ski nordique ou ski de fond offre des sensations de glisse et de plaisir de nature. Il permet notamment d’acquérir de nouvelles habilités motrices et cardio vasculaires. Le ski nordique handisport regroupe deux disciplines : le ski de fond et le biathlon. En skating ou en pas alternatif pour le pratiquant debout, le skieur assis, quant à lui, évoluera en “luge nordique”.

 

En images


Pratique

HANDICAPS PHYSIQUES

  • Luge nordique : concerne les personnes paraplégiques, tétraplégiques et assimilées. Adapté à la morphologie, le skieur est assis dans un siège monté sur 2 skis. Il se déplace à la seule force de ses bras, à l’aide de 2 bâtons.

HANDICAPS PHYSIQUES ET SENSORIEL

  • Ski debout : concerne les personnes amputées, IMC et assimilées, déficientes visuelles et auditives. La pratique et le matériel utilisé sont similaires aux personnes valides. Si ce n’est l’appareillage des skieurs amputés d’un membre inférieur, qui peut être spécifique à la pratique du ski nordique. La pratique du ski de fond pour les personnes porteuses de déficiences visuelles est conduite par un guide.

␣␣Biathlon : concerne tous les types de handicap cités ci-dessus. Le skieur réalise un parcours, sur lequel sont installés plusieurs stands de tirs. À l’aide d’une carabine à air comprimé, il tire sur une cible mécanique distante de 10 m. Le tir des skieurs déficients visuels s’effectue grâce à un système laser.

Voir le tableau des Handicaps & possibilités de pratique

En compétition, le temps est compensé en fonction du handicap. 3 classements s’opèrent, un pour les skieurs debout, un pour les skieurs déficients visuels et un pour les skieurs assis. Au niveau national, un 4e classement est effectué pour les skieurs sourds.

Règlement officiel disponible auprès de la commission sportive

HANDICAPS PHYSIQUES

  • Handicap debout : amputés, malformation membres sup/ inf qui skient debout sur 1 ou 2 skis avec ou sans aide de stabilisateurs, hémiplégique…
  • Handicap assis : paraplégiques, doubles amputés membres inférieurs, poliomyélites… Fauteuils avec deux skis, luge nordique.

HANDICAP VISUEL

Les personnes handicapées visuelles sont guidées par un skieur qui les précède et qui leur fournit les informations nécessaires, à la voix, et le plus souvent avec un dispositif de radio-transmission ou d’amplification. En compétition, on distingue 3 niveaux de handicap visuel : B1 (aveugles), B2 (acuité inférieure à 2/60 et/ou champ inférieur à 5°) et B3 (même chose avec 6/60 et 20°). Tous peuvent s’aligner dans les épreuves de fond et de biathlon.

HANDICAP AUDITIF

Les personnes handicapées auditives ont rejoint récemment le circuit national handisport (Coupe de France et championnats de France). Il existe quelques compétitions internationales (non IPC). Pour ces personnes en compétition, un cer tificat médical est exigé pour attester du niveau de surdité du spor tif (per te d’au moins 55 dB de la meilleure oreille sur 3 fréquences déterminées).

HANDICAPS PHYSIQUES ET SENSORIEL

CIRCUIT NATIONAL

Circuit de 3 épreuves qui se déroulent de janvier à mars, classement final individuel et par équipe. Certaines épreuves populaire de longue distance (transjurassienne, savoyarde, foulée blanche) font aussi partie du calendrier national.

CHAMPIONNATS DE FRANCE

Classement avec application des cœfficients de pondération en fonction du handicap.

Consulter le Calendrier

 

Des stages, compétitions ou journées de ski nordique loisirs, perfectionnement compétitions sont organisés par les clubs et les comités régionaux et départementaux.

 

Nécessité d’utiliser une luge nordique pour les skieurs assis. Constituée d’un siège réglable fixé sur deux skis de fond, elle permet de prendre les traces de ski de fond alternatif. Le skieur se propulse à l’aide de ses bras. Possibilité de prêt de matériel par certains comités régionaux ou départementaux ainsi que par certains clubs. Certaines écoles de ski possèdent du matériel et peuvent proposer des cours de découverte et de perfectionnement.

SÉCURITÉ

Lors des premières sorties, l’assistance d’une tierce personne valide est recommandée pour le seconder dans les difficultés (descentes, dévers). Pour optimiser la sécurité du pratiquant, la découverte du ski handisport doit être encadrée par des personnes compétentes (moniteur de ski, diplômé d’État…).