Aller sur le site
A+A-

Cédric Nankin, l’esprit d’équipe au rendez-vous

11 mars 2021
Cela fait dix ans que Cédric Nankin pratique le rugby fauteuil. Médaillé de bronze aux championnats d’Europe de rugby fauteuil en 2019, il a intégré il y a quelques mois le dispositif athlètes de haut-niveau de la SNCF. Le seul moyen, pour lui, de continuer sa carrière au-delà des Jeux de Tokyo. Rencontre avec Cédric Nankin, qualifié pour les Jeux paralympiques de Tokyo.

On dit que le sport de haut niveau ouvre des portes. Quand il commence le rugby fauteuil, Cédric Nankin « galère » à trouver un travail, décrochait un CDD grâce à son BTS en gestion avant d’être embauché en contrat aidé au sein de son club, le CAPSAAA à Paris. Mais le rugby fauteuil, ou quad rugby pour les initiés, coûte de l’argent. « Le sport c’est bien sympa, mais nous ne sommes pas rémunérés pour le faire, c’est un peu compliqué de trouver un emploi qui permette de continuer à avoir le même niveau d’entraînement tout en subvenant à nos besoin », explique-t-il. Cédric Nankin comptait donc arrêter sa carrière à Tokyo, l’été prochain, huit ans après sa première sélection en équipe nationale.

Mais le destin en a décidé autrement. Il intègre le dispositif pour les athlètes de haut niveau de la SNCF au cœur de l’été 2020, à peu près à la même période qui aurait dû être celle de ses derniers Jeux Paralympiques, si la Covid n’était pas passée par-là. « Je suis adjoint méthode MOA au sein d’une filiale de la SNCF, j’ai comme mission d’amener un esprit collectif dans l’agence, de sorte que les différents services puissent travailler tous ensemble », détaille l’athlète de 36 ans, qui bénéficie d’un aménagement du temps de travail pour continuer à s’entraîner. 

« Au début, je n’étais pas convaincu »

L’esprit d’équipe, Cédric Nankin connaît bien, grâce à sa carrière de rugbyman fauteuil. Tout a commencé par hasard, lors de ce CDD décroché en 2010. Un de ses collègues lui donne rendez-vous au gymnase, pour lui présenter Ryadh Sallem. « Il faut que je t’embarque dans un truc », lui dit ce dernier quand il arrive. Il lui fait alors découvrir le quad rugby, discipline inventée outre-Atlantique. « Il ne me convainc pas plus que ça, mais me fait une prémonition : si je viens dans ce sport, réservé aux personnes tétraplégiques, j’arriverai rapidement en équipe de France. » C’est qu’à cette époque, le rugby fauteuil est très peu développé en France. Ryadh Sallem, lui, est justement en train de monter une équipe. L’effectif est au complet en 2011. Deux ans plus tard, en 2013, Cédric Nankin entre en effet en équipe nationale, lors des Championnats d’Europe à Anvers.

Premiers Jeux et première médaille européenne

Cédric Nankin aux Jeux de Rio

En 2016, il s’envole avec les Bleus pour Rio. « Une fois que j’ai commencé à toucher le haut niveau, j’ai rêvé des Jeux Paralympiques, raconte-t-il. Je me souviens quand nous sommes entrés dans le stade pour la cérémonie d’ouverture, il y avait une sacrée ambiance. » L’équipe de France termine 7e, un résultat décevant pour Cédric Nankin, mais « une expérience enrichissante ». L’année suivante, elle remporte sa première médaille continentale, le bronze. Une performance que Cédric Nankin et le reste de l’équipe réitère deux ans plus tard. Désormais bien installé à son poste à la SNCF, il se concentre sur les Jeux de Tokyo, d’où il espère ramener une médaille. « On a une équipe de plus en plus forte. » Et pourquoi pas l’or ? « On le garde pour Paris ! » rigole-t-il.

Rédaction : S. Chauvet


À lire aussi

Les Hommes de l’ombre, rencontre avec « Gino »

Campagne Bleus Handisport 2021, Gagnons Tokyo !

Norbert Krantz : « Les sportifs français sont sur le bon chemin »

Olivier Cusin : « On va aller à Tokyo pour la médaille »

Autres articles sur ce thème : Actualité / Portrait / Rugby fauteuil
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page