Aller sur le site
A+A-

L’initiative clubs et comités solidaires a fait mouche

2 septembre 2020
Aux quatre coins de la France, des comités régionaux, départementaux et des clubs ont saisi la mise en place de l’initiative solidaire  » clubs solidaires handisport », lancée par la FFH du 2 juin au 31 août, pour proposer diverses activités sportives aux licenciés FFH. 

« Cléo, 11 ans, a découvert la natation grâce à cette initiative », se réjouit Bruno, son papa. La petite fille, déficiente visuelle et inscrite au judo dans l’année, était en quête d’activités en phase avec ses aptitudes. « Ce n’est pas toujours simple de trouver, durant les vacances scolaires, des sports qui répondent à sa recherche d’autonomie et à son âge encore assez jeune. » La natation proposée par le comité départemental de Haute-Garonne, en partenariat avec le Sicoval, une communauté de communes en charge du bassin aquatique d’Aucamville, convenait parfaitement. 

Le dispositif clubs et comités solidaires handisport, qui permettait aux associations volontaires affiliées d’ouvrir ponctuellement certaines activités de reprise aux licencié(e)s FFH d’autres associations, en incapacité de reprendre, a eu ce premier mérite de communiquer sur des actions. De créer des liens concrets aussi entre des potentiels licenciés et les différentes structures territoriales référentes. « J’avais déjà connaissance de l’existence du Comité départemental mais je n’avais peut-être pas vraiment pris le temps de m’intéresser à ce qu’il proposait, reconnaît Bruno. En tout cas, si de telles actions peuvent se décliner autour de l’athlétisme ou d’autres sports, c’est parfait. »

Provoquer des retrouvailles, des moments de partage entre sportifs amateurs, loisirs et compétiteurs parfois a aussi été un élément fort. « Le sport, pour certaines personnes en situation de handicap, est un facteur essentiel, voire exclusif de lien social », souligne Caroline Mes, chargée de mission au Comité Régional d’Occitanie, partie prenante également du dispositif, à travers des séances de fitness adaptées en visio. « Un prof de sport nous avait sollicité pour intervenir bénévolement auprès de nos adhérents, explique-t-elle. Nous avons donc saisi l’occasion via des séances généralisées ou à thème. Certains participants ont ensuite pris contact avec lui pour des cours hors séances collectives. »

Une vraie synergie entre les clubs et les comités

Le comité de Haute-Garonne, conquis par l’initiative, a multiplié les actions. Outre la natation, qui s’est révélée être l’activité la plus accessible et la plus suivie, des sorties avirons sur la Garonne et le Canal du Midi ont vu le jour. « Nous nous sommes associés à deux clubs, le Toulouse Aviron Sports et Loisirs et au Toulouse Université Club, précise Alexandre Malgouyres, chargé de mission pour le CDH 31. Aussi, nous avons mis en place des sorties handbike, le long du Canal du Midi avec le club de Colomiers Handisport. » Anne-Laure y a inscrit sur une demi-journée ses jumeaux, Romain et Lilian, 12 ans, présentant une maladie dégénérative. « Après le confinement, je trouvais très bien de leur proposer une activité », explique la maman des deux collégiens, régulièrement engagés sur des activités du Comité Handisport 31 ou du club de Colomiers où leur père apporte une aide bénévole.  

En Haute-Garonne, comme en Ariège, où Lauriane Miquel s’est appuyée sur Ski Club d’Ax pour organiser une sortie Cimgo, l’action Clubs solidaires a favorisé, développé ou renforcé les liens entre les clubs et les comités. En termes de prêt de matériel, de synergie de bénévoles et/ou de salariés… « Les clubs ont vite mordu en effet. Cela leur permettait de sensibiliser leurs licenciés et d’autres publics susceptibles de les rejoindre ensuite. Ils bénéficiaient ainsi d’une visibilité plus grande et nouvelle », avance Alexandre Malgouyres.

Dans les grands espaces terrestres ou dans l’eau et sur les plages (sortie bâteau, char à voile…), en Bretagne, dans le Sud-Ouest ou en Occitanie et ailleurs, de nombreuses activités, diverses et variées, ont ainsi permis aux licenciés FFH de retrouver le plaisir de pratiquer. La chance aussi de découvrir de nouveaux sports et de nouvelles sensations.

Mis en place notamment en raison de la situation de crise sanitaire, le dispositif Clubs Solidaires  handisport a trouvé un vrai public et mis en exergue de vrais avantages. De quoi donner des idées pour la suite.               

 

Rédaction : J. Soyer / Photo : CDH Morbihan


À lire aussi 

Clubs Solidaires, un élan pour repartir de l’avant

S’épanouir à la montagne

Rentrée sportive : vigilance, adaptation et motivation

Autres articles sur ce thème : Actualité / Clubs & Associations / Comités / Multisports
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page