Aller sur le site
A+A-

Bastide le confort médical, un partenaire innovant

8 octobre 2020
Grâce à ses innovations technologiques, le groupe Bastide souhaite rendre la pratique sportive accessible à tous. Benoît Quencez, de la division Handicap et maintien à domicile a répondu à nos questions au sujet du groupe et de ses projets Handisport…

FFH : Pouvez-vous nous présenter le groupe Bastide ?

Benoît Quencez : C’est un groupe familial qui a été mis en place il y a 43 ans par Guy Bastide qui était pharmacien. Il a été l’un des premiers à structurer une offre de soins et de prestations à domicile, que ce soit l’oxygénothérapie, la nutrition, la perfusion, le diabète en déployant un réseau national et en ayant une activité dite généraliste d’accompagnement du maintien à domicile avec la vente et location de matériel médical. Le réseau s’est développé en succursales pendant une trentaine d’années et depuis 12 ans un réseau de franchisés est venu compléter le maillage territorial et proposer une offre d’accompagnement local pour les patients à domicile. Nous comptons aujourd’hui 140 agences de matériel médical. Nous avons également une soixantaine de filiales qui sont venues compléter les activités de prestation technique un peu partout en Europe.

FFHQuel est votre parcours au sein du groupe Bastide ?

B.Q : Cela fait plus de 12 ans que je suis franchisé du réseau Bastide le confort médical, essentiellement basé en Rhône-Alpes. Ces 4 dernières années, j’ai accompagné le développement des réseaux, le déploiement de projets innovants et des méthodologies autour du savoir-faire handicap et de l’accompagnement des patients. Je participe aujourd’hui activement au sein de la cellule développement-innovation afin de continuer à étendre notre offre et proposer des solutions novatrices.

FFH : Vous êtes un groupe dans le domaine médical, qu’est-ce qui vous a poussé vers le domaine sportif ?

B.Q : Nous sommes partis de l’analyse du marché. Il existe un certain nombre de fabricants sur la place française, européenne et mondiale qui fournissent de bons fauteuils avec du choix dans les matériels qui sont proposés. Mais notre constat est que ces fauteuils sont faits sur-mesure pour des joueurs qui ont des gabarits et des tonus musculaires qui leur sont propres. Il est donc compliqué pour un club de pouvoir acheter des fauteuils pour l’ensemble des joueurs à la bonne taille. Des demandes émanaient de clubs pour avoir des fauteuils réglables permettant de démocratiser la pratique du sport pour ceux qui voulaient démarrer ou s’essayer au sport.

FFH : Pouvez-nous présenter votre projet innovant de fauteuil de basket ?

B.Q : Nous avons essayé de définir un cahier des charges fonctionnel pour développer un fauteuil roulant destiné à la pratique du basket dans et pour les clubs. A partir de ce cahier des charges, nous avons pu déterminer mécaniquement comment concevoir une assise qui prendrait en compte le plus large public possible : juniors, amateurs, adultes, avec des corpulences qui sont différentes. Nous nous sommes orientés vers un châssis avec des possibilités de réglages qui sont très larges pour permettre au plus grand nombre de pouvoir s’essayer avant d’investir dans du matériel onéreux. L’idée était de travailler sur un produit 100% français avec une conception et des bonnes idées techniques et technologiques pour faciliter les réglages et la mise en place du fauteuil à la bonne dimension du joueur.

Ce fauteuil, appelé Scorpion, est très avancé aujourd’hui puisque cela fait plus d’un an et demi que nous sommes en développement. Le fauteuil est dans sa phase de pré-série, c’est-à-dire que nous réalisons la tournée des clubs pour présenter le matériel, recueillir les derniers retours et apporter les dernières modifications. Nous avons pu le présenter lors de la finale de basket qui s’est passée à Antibes le 19 septembre. Ce produit va être commercialisé à partir de la fin de l’année. Nous réaliserons ensuite « la personnalisation », c’est-à-dire selon les clubs, définir des couleurs ou des fonctionnalités qui pourraient leur être spécifiques. Nous travaillons toujours sur cette notion de démocratisation, rendre accessible un produit à un juste prix, fabriqué en France avec des facultés de modifications pour s’adapter au joueur.

FFH : Avez-vous d’autres projets de matériel sportif ?

B.Q : Pour l’instant, nous nous concentrons sur le basket, même si nous avons énormément de demandes sur le rugby fauteuil. Le marché du Handisport n’est pas un marché grand public par définition. Nous produisons à la demande et accompagnons les demandes d’innovations qui vont nous être proposées. Et puis, nous essayons d’être force de propositions une fois de plus sur des solutions connexes.

En termes d’innovation, nous avons aussi travaillé l’an dernier sur un projet qui s’appelle NAVAN. C’est une application gratuite que nous avons mise à disposition de tous les utilisateurs de fauteuil pour leur permettre d’avoir un GPS PMR, d’avoir une assistance, une caméra de recul pour les fauteuils électriques qui est directement pluggée sur le téléphone. L’idée est de pouvoir intégrer un ensemble de fonctionnalités des voitures, de pouvoir les mettre à disposition des utilisateurs de fauteuil roulant et typiquement dans le foot fauteuil, où les utilisateurs se déplacent en fauteuil électrique. L’idée est de travailler sur des innovations qui facilitent la vie et le quotidien, qui permettent d’intégrer aussi la domotique dans cette application-là.

FFH : Avez-vous des projets avec d’autres fabricants ?

B.Q : En effet, nous avons travaillé avec d’autres fabricants. Notre but chez Bastide, ce n’est pas d’être fabricant, nous sommes des développeurs d’idées, nous essayons d’accompagner les fabricants pour répondre à la demande de terrain sur le marché national et international. Partout où les fabricants n’ont pas de produits qui correspondent aux besoins fonctionnels, nous les accompagnons pour essayer de créer ou développer un produit qui n’existe pas pour pouvoir le proposer via notre réseau.

FFH : Avez-vous des projets dans le domaine sportif qui ne porte pas sur le matériel ?

B.Q : Nous avons co-organisé  avec les clubs des journées de découverte pour que les patients de centres de réadaptation puissent se redécouvrir dans la pratique d’un sport. Nous pratiquons également le sponsoring et l’accompagnement dans le domaine du tennis, du foot et du handball, en apportant tout le domaine médical dans la lecture du sommeil, de la nutrition notamment. Le rapprochement avec la fédération est aussi très important pour tenter d’apporter des solutions en faveur de la pratique sportive pour tous.

FFH : Est-ce que nos comités peuvent vous solliciter pour que vous les accompagniez dans l’organisation d’événements sportifs ?

Oui, cela a déjà été le cas dans le passé. La relation que nous avons avec les clubs était déjà existante, le rapprochement que nous avons voulu au niveau national, c’est de pouvoir homogénéiser les échanges, les capacités  et de pouvoir déployer des événements structurés. Nous serons ravis d’accompagner en local les acteurs qui souhaitent bénéficier de matériel ou de démonstrations et autres.

Rédaction : J. Michel


À lire aussi 

Ils font le mouvement, rencontre avec Luc

Saison 2020-2021 : mon club Handisport j’adore, j’adhère !

Autres articles sur ce thème : Actualité / PARTENAIRES / Réseau
PARTAGER Envoyer par Email Partager sur Twitter Partager sur Facebook
haut de page